Le grain

Le grain ne sert pas seulement à fabriquer notre pain quotidien, mais aussi la bière, les pâtes ou la polenta.
L'hôtel de montagne Seebenalp sur le Flumserberg

De l’eau pour moudre des grains dorés

On le croyait destiné à devenir un simple musée vivant. Mais, au Tessin, le petit moulin à meules en pierre entraînées par l’eau produit une polenta de plus en plus appréciée, pour le plus grand bonheur de Marco Morgantini.

Spätzli à l’épeautre avec de la viande hachée de cerf

C’est ici que grandit Alpsteinkorn

Aux alentours du Säntis, des producteurs céréaliers se sont réunis pour former une association. Afin de pouvoir garantir la qualité de leurs céréales, ils ont acheté ensemble des appareils d’analyse.

Bières de la brasserie Weltu à Bosco Gurin.

Hermann est vivant

Quelqu’un se souvient-il d’Hermann? Le levain qui s’offrait à ses camarades de classe ou à ses compagnons dans les années 1990, un peu comme une chaîne de lettres, accompagné de consignes pour en prendre soin? Pour moi, Hermann est LE souvenir de jeunesse. Quel honneur c’était de se le voir offrir. Jamais auparavant et jamais par la suite, je n’ai eu de relation aussi intime avec un produit céréalier. J’ai nourri et soigné avec dévouement mon Hermann, qui faisait joyeusement des bulles. Je l’ai partagé avec des amis triés sur le volet. Je l’ai aimé. Au bout d’un certain temps pourtant, cet amour de jeunesse est passé. Hermann et moi avons décidé de nous séparer. Mais aujourd’hui, il est de retour. Je suis récemment tombée sur un article en ligne intitulé «Hermann is back!». Depuis, j’attends avec impatience que quelqu’un m’offre enfin un nouvel Hermann. Cette fois, nous resterons ensemble pour toujours. C’est promis.

Flavia Rafaniello
Gestionnaire Projets Fundraising et Communication

Dans le parc naturel du Gantrisch, niché entre les villes de Berne, Thoune et Fribourg, on cultive des céréales depuis le milieu du XVIIIe siècle. C’est à cette époque également que le moulin Dittligmühle, à Längenbühl, a vu le jour. Aujourd’hui, seules les meilleures céréales de la région y sont transformées. Gantrisch Goldkorn était nominé pour le Prix Montagne 2020.

D'autres articles intéressants sur le sujet du «grain»

Commerce
Le seigle revalorisé
 Graines de cameline.
Agriculture
Petites graines – grands effets
 Début des travaux à 1 h du matin au Napf-Beck. Christoph Wiler prépare la tresse pour le matin.
Commerce
Du pain tout frais produit durant la nuit

Des tartes aux noix voyageuses

Originaire de Sedrun, Reto Schmid a inventé la « plus petite tarte aux noix du monde » et a ainsi conquis la Suisse. Maintenant, il part à la conquête du monde.

Martin Bühler est dans le seigle.

Montagnes vivantes

La guerre en Ukraine a propulsé les sujets de la sécurité d’approvisionnement et de la culture céréalière à la une des médias. Les nouvelles concernant la production céréalière dans les régions de montagnes suisses sont plus discrètes. Différentes initiatives remettent l'économie céréalière sur le devant de la scène et contribuent de façon restreinte à l’augmentation de la sécurité d’approvisionnement. Pour cela, il est important que les céréales soient cultivées et transformées localement.

Dans l'édition actuelle du magazine des Montagnes vivantes, vous apprendrez plus au sujet du "grain", nous vous présentons des personnes pleines d'initiative et des projets fascinants.

Nous vous souhaitons une agréable lecture!

 Le fondateur de l’association, Köbi Knaus, souhaite faire en sorte que beaucoup plus d’agriculteurs suivent son exemple et cultivent des céréales en région de montagnes.
Le fondateur de l’association, Köbi Knaus, souhaite faire en sorte que beaucoup plus d’agriculteurs suivent son exemple et cultivent des céréales en région de montagnes.