Chauffage d’avenir

Chauffage d’avenir

Die ehrenamtlichen Experten Martin Reich und Pierre Lancoud im Interview über Fernwärmeprojekte und wie die Schweizer Berghilfe diese unterstützen kann.

Un énorme tas de bois déchiqueté s’amoncelle devant Martin Reich et Pierre Lancoud. Les deux experts bénévoles de l’Aide Suisse aux Montagnards se sont rendus à Oey-Diemtigen pour visiter une centrale de chauffage à distance qui utilise du bois déchiqueté et approvisionne en énergie une partie du village. L’Aide Suisse aux Montagnards cofinance depuis 16 ans des installations de ce type, dont celle d’Oey. Les experts Reich et Lancoud bénéficient donc d’une solide expérience en la matière.

Pourquoi l’Aide Suisse aux Montagnards soutient-elle des projets de chauffage à distance?

Martin Reich: L’objectif poursuivi par l’Aide Suisse aux Montagnards est que les régions de montagne restent prospères. Or, cela n’est possible que si les montagnards ont la possibilité de travailler sur place. Les centrales de chauffage à distance créent des emplois dans les régions de montagne. Et ce, non seulement parce qu’il faut de la main-d’œuvre pour les exploiter, mais aussi parce qu’elles génèrent toute une chaîne de plus-values.

Pierre Lancoud: Effectivement, il faut des gens pour abattre les arbres et transporter le bois déchiqueté jusqu’aux centrales thermiques. Ces dernières profitent aussi aux propriétaires de forêts ainsi qu’aux garde-forestiers qui doivent préparer le bois pour le chauffage à distance. Et pour les paysans qui possèdent une forêt, cela peut représenter un revenu d’appoint essentiel.

Mais toutes les centrales de chauffage à distance ne se valent pas. L’Aide Suisse aux Montagnards a-t-elle défini des critères pour le soutien de projets de ce type?

Lancoud: Non, car nous n’excluons à la base aucun projet de chauffage à distance. Nous sommes prêts à soutenir aussi bien les grandes installations que les petites.

Reich: A condition cependant que les projets correspondent à nos critères usuels de soutien. Il est en effet impératif qu’ils soient situés dans une région de montagne et que les initiateurs qui ne sont pas en mesure de financer par leurs propres moyens la totalité du projet, soient prêts à assumer une partie des coûts.

Unterstützung für Fernwärme
Sie möchten im Berggebiet einen Wärmeverbund aufbauen oder Holzenergie produzieren? Die Schweizer Berghilfe kann Sie dabei unterstützen, wenn die Mittel nicht ausreichen.
Mehr erfahren

Quels sont les points que les porteurs de projets de chauffages à distance doivent respecter lorsqu’ils soumettent une demande de soutien à l’Aide Suisse aux Montagnards?

Reich: Pour des projets aussi complexes et onéreux que le sont les centrales de chauffage à distance, il est impératif que le projet se justifie pleinement. Nous leur demandons donc de nous soumettre un business plan. Les estimations doivent faire état de mesures susceptibles d’assurer l’avenir de l’entreprise pour les cinq à dix années à venir. Le bois déchiqueté ne doit par exemple pas être trop cher et la chaleur ne doit pas être vendue à un prix trop bas. Nous avons établi dernièrement un questionnaire qui peut s’avérer utile pour la planification des projets.

Lancoud: Finalement, c’est l’autorité responsable qui est déterminante. Cela nécessite le concours de personnalités qualifiées et qui s’engagent, condition indispensable pour que le projet de chauffage à distance puisse être exploité avec succès et à long terme – et surtout, pour que nous acceptions de le soutenir.

Vous êtes tous les deux des experts en chauffage à distance dans l’équipe des experts de l’Aide Suisse aux Montagnards. Qu’est-ce qui vous a amenés à ce poste?

Lancoud: Avant d’être expert à l’Aide Suisse aux Montagnards, j’ai été directeur d’une coopérative de propriétaires de forêts dans le canton de Vaud et le Bas-Valais. Je bénéficie donc d’une certaine expérience en matière d’exploitation et d’économie forestière, et cela fait longtemps que je m’occupe de chauffages à distance.

Reich: Je suis au départ économiste d’entreprise et ai dirigé diverses firmes. J’ai été entre autres directeur commercial d’une entreprise d’exploitation forestière. C’est donc principalement sur le plan économique que je peux apporter mon input pour les projets de chauffage à distance qui sont soumis à l’Aide Suisse aux Montagnards.

Comment vous chauffez-vous à la maison?

Lancoud: Au bois, bien évidemment. Nous disposons, mon épouse et moi, d’un chauffage central à plaquettes de bois.

Reich: Je ne peux hélas pas témoigner d’une expérience similaire car nous nous chauffons de façon conventionnelle: au mazout. Il y a deux ans, notre chauffage a rendu l’âme. Cela aurait été l’occasion de passer au bois, mais finalement nous nous sommes limités à remplacer notre ancienne chaudière et le brûleur.

Pourquoi?

Reich: C’était une décision pragmatique. Nous ne sommes plus tout jeunes, mon épouse et moi, et nous n’aurions probablement pas réussi à amortir l’investissement nécessaire. (Il rit.) D’autre part, il n’y avait pas de raccordement à un réseau de chauffage à distance dans les environs. Et il faut le souligner: un raccordement à un réseau de chauffage peut être très onéreux en fonction de la distance.

Lancoud: Oui, mais les appartements ne sentent pas le mazout ! (Il rit.)

Reich: C’est vrai. Je ne sais pas si, ce fait mis à part, on perçoit vraiment la différence entre un chauffage à bois et un chauffage à mazout. Cela relève plutôt de l’aspect psychologique. Mais le bois procure un sentiment de bien-être. Et l’on soutient une matière première au CO2 neutre et qui pousse près de chez nous.

 Martin Reich

Conseillez-vous par principe les installations de chauffage à distance?

Reich: En tant qu’experts à l’Aide Suisse aux Montagnards, nous devons être neutres et nous abstenir de plaider pour une forme d’énergie plutôt qu’une autre. Par contre, nous pouvons informer les régions de montagne sur l’intérêt que peuvent revêtir les chauffages à distance fonctionnant avec du bois déchiqueté. Ils génèrent en effet de la richesse et créent des emplois pour la région.

Lancoud: A long terme, les installations de chauffage à distance peuvent s’avérer tout à fait rentables pour les consommateurs. Le prix au kilowatt des chauffages à bois à distance est comparable à celui des chauffages au mazout. De plus, les frais annuels d’entretien de la chaudière tombent. Le bois est par ailleurs une matière première qui a de l’avenir: nos forêts s’agrandissent. Et elles génèrent 10 millions de mètres cubes de bois par an, dont seule la moitié est mise à profit.

Quelle a été l’installation de chauffage à distance la plus intéressante que vous ayez visitée en tant qu’expert à l’Aide Suisse aux Montagnards?

Lancoud: La plus intéressante, je trouve, c’est le projet de la «Société de laiterie des Moulins» près de Château d’Oex dans le canton de Vaud. La fromagerie bio ne voulait pas miser sur une matière première de qualité uniquement pour ses produits, mais également pour la source de chaleur. C’est la première fromagerie de Suisse à traiter le lait pour en faire du fromage en faisant appel à une installation à plaquettes de bois. L’installation est parfaitement adaptée aux besoins de la fromagerie qui a une consommation d’énergie bien plus importante que celle d’une maison d’habitation.

Reich: En ce qui me concerne, j’ai été impressionné par le projet de chauffage à distance d’Eischoll dans le canton du Valais. Ce petit village de 500 âmes s’était fixé pour objectif d’avoir sa propre production d’énergie. Pour ce faire, une importante centrale de chauffage à distance a été construite en 2012. Elle comporte plus de 60 raccordements et trois énormes silos pour les plaquettes de bois. Je suis retourné tout dernièrement à Eischoll pour une évaluation du projet soutenu par l’Aide Suisse aux Montagnards. Et j’ai eu le plaisir de constater que le projet Eischoll avait répondu pleinement à toutes les attentes.

Interview und Bilder: Isabel Plana

Paru en octobre 2015