Action «un coeur pour la région» en Basse Engadine

Action «un coeur pour la région» en Basse Engadine

En Basse-Engadine, huit communes possèdent désormais des défibrillateurs dans des lieux publics.

L’achat de défibrillateurs qui peuvent sauver des vies est un des éléments du projet «un cur pour la région» en Basse Engadine. Mais la formation des villageois est tout aussi importante. «Nous souhaitons sensibiliser les habitants aux premiers soins», déclare le chef du projet, le Dr Joachim Koppenberg.

Les inconvénients des villages de montagne isolés peuvent très vite faire oublier la beauté des paysages, et notamment en Basse Engadine quand il s’agit d’urgences médicales. Lorsqu’ une personne est victime d’un arrêt cardiaque dans un village isolé, il faut souvent 20 à 25 minutes pour que l’équipe de secours arrive sur place trop tard pour sauver une vie! C’est la raison pour laquelle des associations de samaritains ont lancé le projet «un coeur pour la région». Au cours des derniers mois, un groupe sous la direction du Dr. Joachim Koppenberg, chef du service de secours de la Basse Engadine et médecin-chef à l’hôpital de Scuol, a fait installer, dans huit communes, des défibrillateurs automatiques externes (DAE) à des endroits accessibles au public. En cas d’arrêt cardiaque, ces appareils peuvent produire une décharge électrique salvatrice, permettant de réanimer le patient. «Un défibrillateur permet d’intervenir le temps que les secours médicaux arrivent», explique Joachim Koppenberg.

Mais les défibrillateurs seuls ne sont pas très utiles. «ll faut aussi des personnes qui sachent les utiliser correctement et soient à même d’assurer les premiers soins adéquats.» C’est pour cela que le groupe de projet propose des cours d’initiation afin de motiver le plus grand nombre possible de villageois à se former aux processus de réanimation. «Nous aimerions sensibiliser les habitants aux premiers secours, dans le but que d’avantage de personnes suivent une formation de samaritain et soient susceptibles de porter secours en cas d’urgence», explique le responsable du projet. Pour installer des défibrillateurs dans les communes d’Ardez, de Guarda, Martina, Scuol, Sent, Susch, Ramosch et Tschlin, les initiateurs ont fait appel au soutien financier de l’Aide Suisse aux Montagnards. «Ce soutien a été capital pour nous», souligne le médecin. Le projet a des répercussions positives dans toute la région. Koppenberg est convaincu qu’en assurant un minimum de soins médicaux dans des zones périphériques cela peut contribuer à ce que les habitantset en particulier les personnes âgéesse sentent plus rassurées et ne s’expatrient pas en plaine.

Texte: Max Hugelshofer

Photos: Yannick Andrea

Paru en novembre 2010

Le projet en bref

  • Samaritains
  • Défibrillateurs
  • Scuol/GR