Aller de l’avant en dépit des coups du sort

Aller de l’avant en dépit des coups du sort

Il y a dix ans, l’Aide suisse aux Montagnards a aidé la famille Hallenbarter à aménager sa ferme et à s’orienter vers la commercialisation directe. Florian et Tania poursuivent cette trajectoire – chacun de son côté, cependant.

«Rester positif dans tout ce que l’on entreprend». C’était le titre de l’article sur la famille Hallenbarter paru dans notre magazine «Le Montagnard» de l’été 2010. Un positivisme qui habite aujourd’hui encore Tania et Florian, même si tout ne s’est pas passé comme prévu. Aujourd’hui, ils ne sont plus en couple. Leur divorce date de plusieurs années déjà mais tous deux sont fiers d’avoir bien passé ce cap. «Nous n’aurions pas pu nous faire la guerre et réduire à néant tout ce que nous avions construit», témoigne Florian. «Nous nous sommes ressaisis surtout par amour pour nos enfants.» Florian a conservé la ferme et le local pour le traitement de la viande. Tania est partie quant à elle avec le magasin. Il est aujourd’hui intégré dans un café. Elle y propose des produits de divers producteurs locaux, et Florian est l’un de ses fournisseurs

Le projet en bref

  • Paysan de la montagne
  • Local pour la traitement de la viande
  • Untergesteln/VS

Des cours de formation dans la vallée

Dans sa ferme dédiée à l’élevage des vaches Galloway, Florian, qui a de la suite dans les idées, a élargi ces dernières années son secteur de traitement de la viande. Au local de traitement, financé à l’époque par l’Aide suisse aux Montagnards, sont venus s’ajouter d’autres chambres froides pour le séchage et le traitement de la viande. Florian y produit, avec l’aide d’un employé, diverses spécialités: viande séchée, saucisses ainsi que des spécialités pour les grillades. Il produit aussi pour d’autres fermiers des environs et vend ses produits essentiellement sans intermédiaire, entre autres via le réfrigérateur self-service de sa ferme, lequel a acquis une certaine notoriété à l’autre bout du monde. Florian raconte: «L’un de mes copains avait en visite des amis d’Afrique du Sud. Ils voulaient faire des grillades et sont venus voir mon réfrigérateur. Les Sud-Africains avaient peine à croire qu’un tel système pouvait marcher ici. De retour chez eux, ils ont vraisemblablement raconté à tout le monde leur voyage en Suisse: en évoquant pas forcément nos beaux paysages de montagne, mais mon réfrigérateur self-service.»

Florian est ravi de son succès. Il n’envisage pas pour l’instant de grands investissements, car il veut d’abord amortir les travaux d’agrandissement de son local de traitement de la viande. Entre-temps, son fils Noah, en deuxième année d’apprentissage d’agriculteur, prévoit de travailler avec son père. «De telles perspectives m’incitent naturellement à rester positif.»

hofmetzger.ch

Texte: Max Hugelshofer

Images: Max Hugelshofer et Yannick Andrea

Paru en juin 2020