Avec vue sur l’Italie

Avec vue sur l’Italie

Une nouvelle étable assure l’avenir des jeunes agriculteurs de la famille Lanfranchi.

Les Lanfranchi exploitent un domaine tout au bout de la Suisse, dans un coin bien vivant du Val Poschiavo. La construction d’une nouvelle étable à stabulation libre assure désormais l’avenir de cette jeune famille de paysans de montagne.

«Tu vois ce pré là-bas? C’est déjà l’Italie», dit Ivan Lanfranchi, qui vit avec son épouse Stefania et leurs enfants Eleonora (10), Elia (7) et Chiara (4) à Viano au fin fond du Val Poschiavo. Le terme «au fin fond» n’est cependant approprié que du point de vue cartographique, car depuis Brusio, l’étroite route mène bien vers le sud mais en remontant un versant très pentu. Viano est à 1300 m. d’altitude. 790 personnes y vivent et Stefania a grandi au village. Depuis là, on aperçoit en direction du sud la petite ville italienne de Tirano. Et Sondrio, la capitale de la province, n’est qu’à une demi-heure de route. Par contre, quand les Lanfranchi veulent se rendre à Coire, le chef-lieu des Grisons, ils doivent franchir deux cols. Un trajet de plus de deux heures en voiture.

Malgré cela, les Lanfranchi ne se sentent pas le moins du monde Italiens, mais totalement Suisses. Ils font leurs courses dans la vallée, même si les prix sensiblement plus bas au-delà de la frontière. Pour la construction de leur nouvelle étable, qu’ils ont terminée l’automne dernier, ils ont aussi travaillé exclusivement avec des entreprises suisses. «Nous profitons des solides infrastructures de Suisse et aussi du fait que les régions excentrées ne sont pas laissées pour compte», dit Ivan. La famille n’a que peu de contacts avec l’Italie et les paysans qui vivent dans la région. Un jour, Ivan a tenté de livrer le lisier qu’il avait en surplus à une installation de biogaz en Italie. Une initiative qui déclencha une avalanche de formulaires administratifs. Il renonça donc et garda son lisier en Suisse.

C’était à l’époque où il avait encore ses vaches à Brusio, dans une étable qu’il louait. La fosse à purin y était trop petite et l’étable ne répondait par ailleurs plus aux prescriptions en matière de protection des animaux. Avec la nouvelle étable à Viano, construite avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, l’exploitation est désormais parée pour l’avenir. Les vaches apprécient cette étable spacieuse, qui procure par ailleurs aux Lafranchi un allégement considérable de leur travail.

Paru en janvier 2016

Le projet en bref

  • Famille de paysans de montagne
  • Nouvelle construction d'une écurie
  • Viano/GR