C’est par les airs qu’on arrive au bistrot!

La station de montagne du téléphérique du Vättnerberg a été désaffectée des dizaines d’années durant, jusqu’à ce que la Corporation du téléphérique la transforme en un bistrot convivial. Depuis lors, le petit téléphérique fonctionne nettement plus souvent.

En bas, c’est Vättis, en haut, c’est le Muntaluna qui trône. Et entre deux, il n’y a visiblement que des falaises abruptes. Des apparences pourtant trompeuses. Dès que l’on a franchi la première paroi, le terrain devient plus plat et plus facile. Bienvenue sur le Vättnerberg. Il y a des centaines d’années, les Walser s’y étaient établis et y avaient mené une existence austère. Plus tard, les petites étables et les mazots d’habitation ont été utilisés par les paysans de la vallée pour en faire des mayens sur lesquels ils montaient au printemps et en automne, comme c’est encore le cas de nos jours. Cependant, il n’y a plus que quelques cabanes qui sont utilisées pour l’agriculture. Avec un grand changement: le téléphérique. Depuis 1931 déjà, plus besoin de se rendre à pied pour atteindre le Vättnerberg. En 1972 déjà, l’ère de la cabine ouverte était terminée et une nouvelle télécabine a été construite.

Le projet en bref

  • Corporation du téléphérique
  • Bistrot
  • Vättis/SG

Pour héberger la nouvelle installation technique, il a aussi fallu construire une nouvelle station de montagne, l’ancienne n’étant plus en service. Elle est restée vide des années durant. Entretemps, les mesures de sécurité pour les téléphériques étaient devenues de plus en plus strictes. Et l’exploitation de plus en plus onéreuse. Trop cher pour les paysans et les propriétaires de chalets. Il fallait donc trouver de nouvelles rentrées d’argent. Il y avait bien quelques randonneurs ou excursionnistes qui prenaient le téléphérique, mais comme il n’y avait sur le Vättnerberg pas d’endroits où se restaurer, ils n’étaient pas nombreux. Les membres du comité de la corporation songèrent alors à rendre le Vättnerberg plus attrayant. En même temps, Jolanda Hobi Hengartner, qui tient en hiver un bistrot sur les pistes, était à la recherche d’un emploi afin de travailler aussi en été. Une rencontre fortuite, une discussion… et l’idée de construire le bistrot «Seilerhütta» s’imposa.

Plusieurs mois plus tard, grâce à beaucoup de travail bénévole, Jolanda entamait en tant que gérante sa première saison, il y a deux ans de cela. Aujourd’hui, la nouvelle que l’on peut s’arrêter au restaurant pour y déguster de délicieux plats s’est répandue. Les randonneurs sont plus nombreux, et les locaux prennent de temps à autre le petit téléphérique pour profiter de la belle vue depuis la terrasse en buvant un café ou une bière après le travail. Maria Kressig, qui est depuis des décennies présidente de la corporation, atteste une nette augmentation de la vente de billets. Elle-même monte déjà exclusivement au bistrot pour y déguster le pain de poire de Jolanda. Et elle apprécie ce qu’elle constate à chaque fois: «Les gens se sentent bien ici. Le Vättnerberg a repris vie, mais n’est pas non plus envahi.»

seilerhuette.ch

Texte et images: Max Hugelshofer

Paru en septembre 2021
Notre soutien
Avec beaucoup d’engagement, la Corporation du téléphérique a transformé l’ancienne station de montagne désaffectée en un bistrot convivial. L’Aide suisse à la montagne a soutenu les transformations.