«Désormais, ma journée débute moins tôt»

«Désormais, ma journée débute moins tôt»

Die Modernisierung des Käsereibetriebs von Samuel Guggisberg in Gohl hat eine erhebliche Arbeitserleichterung mit sich gebracht .

Une nouvelle installation pour le refroidissement du lait, deux nouvelles cuves à lait, une nouvelle machine pour la pasteurisation: autant de mesures de modernisation qui ont permis à Samuel Guggisberg d’avoir une meilleure gestion de son entreprise. Ces nombreuses améliorations ont sauvé la fromagerie de Gohl, dans laquelle l’arrière grand-père de Samuel travaillait déjà, et 10 emplois ont été sauvegardés dans ce petit village de l’Emmental.

La plupart du temps, le réveil sonnait déjà à deux heures du matin. L’heure pour Samuel Guggisberg de se lever pour se rendre à la fromagerie pour commencer un travail qui, malgré l’aide de ses collaborateurs, ne se terminait guère avant 18 heures. En été en particulier, quand les livraisons de lait sont nombreuses, ces longues journées de travail étaient monnaie courante. Bien que ce fromager de l’Emmental n’ait que 39 ans, il atteignait les limites de ses capacités. Il dut donc se rendre à l’évidence: il fallait impérativement que cela change. A cela s’ajoutait le fait que la fromagerie de Gohl/BE était totalement vétuste et manquait de place, car la production ne cessait d’augmenter. La coopérative envisagea un nouveau bâtiment. Samuel reprit espoir, mais pas pour longtemps. Le projet du nouveau bâtiment capota dans sa phase initiale déjà. Samuel ne voyait pas comment s’en sortir! Après mûre réflexion, il ne voyait qu’une solution pour sauver la fromagerie de la fermeture: l’acheter! «Je voulais absolument conserver ce commerce», justifie-t-il. «Notre famille dirige cette entreprise depuis environ cent ans. Mon arrière grand-père en a été le premier fromager et je suis la quatrième génération à l’exploiter.»

Le projet en bref

  • Fromagerie
  • Modernisation de la fromagerie
  • Gohl/BE

Les problèmes de capacité étaient cependant toujours bien présents. Par ailleurs, les fonds faisaient défaut pour transformer et moderniser la fromagerie. «J’ai été très heureux lorsque l’Aide Suisse aux Montagnards m’a confirmé qu’elle prenait à sa charge une partie des frais, qui étaient élevés», déclare Guggisberg. Entre-temps, les travaux sont pratiquement terminés, l’entreprise répond à nouveau aux prescriptions en matière d’hygiène, et dix emplois on pu être maintenus au village. Guggisberg créa entre autres un nouveau système de refroidissement du lait et installa deux nouvelles cuves ainsi qu’une machine pour la pasteurisation. Des améliorations qui assurent à ce fromager entreprenant une plus grande efficacité dans son travail. «Les nouvelles installations de refroidissement me permettent de stocker le lait plus longtemps. Désormais, je ne le chauffe plus dans le chaudron, mais dans la machine de refroidissement, qui possède également une fonction chauffage. Je n’utilise ainsi le chaudron que pour la fabrication proprement dite du fromage, ce qui m’économise jusqu’à trois heures de travail par jour. En clair, cela veut dire que je ne commence désormais ma journée de travail qu’à quatre heures. C’est un soulagement énorme.» Soulagés aussi par cette évolution positive, les quelque 70 producteurs de lait de la région, qui peuvent continuer à livrer leur lait de vache, de brebis ou de chèvre à la fromagerie Gohl. Avec son équipe, Guggisberg traite 4,2 millions de litres de lait par an pour en faire diverses sortes de fromage. Ses clients principaux sont, en plus des grands distributeurs, un grossiste, qui livre à des petits commerces, ainsi que des clients privés. Je mettrai un point d’honneur à ce que l’entreprise continue à produire du fromage de qualité», précise Guggisberg.

kaeserei-gohl.ch

Texte: Max Hugelshofer

Photos: Yannick Andrea

Paru en mars 2012