Du pain tout frais produit durant la nuit

Du pain tout frais produit durant la nuit

Christoph Wiler et Pascal Naef assurent l'approvisionnement régional grâce à leur boulangerie Napf-Beck.

Lorsque son propriétaire arriva à l’âge de la retraite, l’avenir d’une boulangerie dans l’Entlebuch était chancelant. Avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, deux boulangers en assurent désormais la continuation.

Il est 1 heure du matin. Les dernières lumières de Romoos ne sont pas encore éteintes que de nouvelles s’allument déjà dans la boulangerie au centre du village. Christoph Wiler et Pascal Naef commencent leur travail. Aucun signe de fatigue dans l’atelier. Deux minutes après qu’ils aient refermé la porte du magasin derrière eux, les deux jeunes boulangers sont déjà en plein travail. Christoph pèse la levure et la verse dans la préparation de farine mêlée de graines faite la veille pour confectionner différents pains, pendant que Pascal va chercher dans la chambre frigorifique des bâtons aux noisettes également préparés la veille qu’il va badigeonner de jaune d’œuf avant de les rouler dans du sucre. Peu de temps après, toutes les machines à pétrir sont en action et le four arrive à la bonne température. Les heures qui suivent, c’est la même cadence effrénée. A partir de différentes pâtes, Christoph et Pascal élaborent des pains, des tresses, des croissants et des petits pains qu’ils enfournent de suite. En parallèle, ils confectionnent des pralinés, garnissent des sandwiches et préparent des tourtes de Linz. Parfois les boulangers effectuent trois opérations à la fois, et cela sans planning ni check-list.

Comme ils sont bien rôdés on a l’impression qu’ils travaillent ensemble depuis des années. Il n’en est rien! Ils ne sont en effet propriétaires de Napf-Beck GmbH que depuis septembre dernier. Leurs prédécesseurs, qui tenaient la boulangerie ainsi que les deux magasins de village de Romoos et Doppelschwand depuis deux générations approchaient de l’âge de la retraite et aucun successeur ne se profilait à l’horizon.

Christoph eut vent de l’affaire par hasard car il connaissait l’une des vendeuses du magasin. Estimant que c’était une opportunité à saisir, il appela de suite son ami Pascal qu’il avait fréquenté à l’école professionnelle. Pascal étant lui aussi tout feu tout flamme, les deux jeunes boulangers se sont décidés très rapidement à reprendre le commerce. Une opération qui n’a été possible que grâce à l’ancien propriétaire qui souhaitait ardemment que quelqu’un poursuive l’œuvre de sa vie. «Il s’est montré très complaisant et nous a cédé tout le matériel à un prix extrêmement correct», témoigne Christoph. Malgré cela, et bien qu’ils aient investi toutes leurs économies dans l’affaire, l’investissement s’avérait trop lourd pour les deux jeunes gens. Ce n’est qu’après que l’Aide Suisse aux Montagnards leur eut promis son soutien qu’ils ont pu se lancer.

Et toute la région en profite car sans eux, il n’y aurait non seulement plus de pain frais à Romoos et Doppelschwand, mais plus de magasins de village non plus. «La population en est consciente et de nombreuses personnes font leurs courses au village pour soutenir le magasin», dit Pascal. «Nous avons été accueillis d’une façon extrêmement chaleureuse et sympathique.»


http://napfbeck.ch/

Paru en février 2016

Le projet en bref

  • Jeune entrepreneur
  • Reprise d'une boulangerie
  • Romoos/LU