Parés pour l’hiver

Parés pour l’hiver

La chaleur reste à l'intérieur grâce à un chauffage à bois déchiqueté ainsi que de nouvelles fenêtres et portes.

L’ancien chauffage électrique de la famille de paysans de montagne Bacon n’arrivait pas à chauffer le logis de la ferme. Il a été remplacé au début de l’année par un chauffage à bois déchiqueté. Avec le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, les fenêtres et les portes qui laissaient passer l’air ont aussi été rénovées.

La route serpente entre les arbres fruitiers, passant devant des maisons et des jardins potagers. A gauche, on aperçoit le majestueux château de Pleujouse. Le cri d’un coq au loin révèle la proximité de la ferme des Bacon. Impossible d’arriver discrètement à leur domicile. Une douzaine de chiens dans un chenil jouxtant la ferme annoncent les visiteurs en aboyant très fort. Yves Bacon s’entretient à côté de la maison avec son père. Derrière lui, dans une volière, quelques cailles sautillent nerveusement sur leur perchoir. Après avoir passé devant des ramures et des têtes de cerfs empaillées, on accède à la salle de séjour de la maison où règne une chaleur bienfaisante.

Il n’en a pas toujours été ainsi dans cette bâtisse qui a plus de cent ans. La maison dans laquelle habitaient déjà les grands-parents d’Yves était chauffée jusqu’à tout récemment par un chauffage électrique, qui n’était de loin pas suffisant. Pour avoir une chaleur acceptable dans les chambres, la famille devait faire du feu dans la cheminée de la salle de séjour. Depuis le mois de mars, un chauffage moderne à bois déchiqueté remplace l’ancien, peu efficace. «C’est bien mieux ainsi», s’exclame Mirka, l’épouse d’Yves. «Désormais, le feu n’est plus un souci.» Mirka apprécie les avantages que ce nouveau système apporte. «Même quand nous sommes à l’extérieur toute la journée, il fait bien chaud quand nous revenons à la maison. Et nous ne devons plus craindre que l’un des enfants se brûle au poêle.»

De nouvelles portes et fenêtres

Mirka est née en Slovaquie. Il y a cinq ans, cette femme de 28 ans est venue vivre auprès d’Yves avec son fils Marek, qui a aujourd’hui neuf ans. Le couple s’est rencontré grâce à la sœur de Mirka qui passait des vacances en Suisse et est tombée amoureuse d’un ami d’Yves. C’est donc en rendant visite à sa sœur, que Mirka a fait la connaissance d’Yves. Entre-temps, le couple a trois enfants: Marek, Sarah (3) et Nicolas (1). Yves, qui a 35 ans, a repris la ferme de son père à Pleujouse. «C’était une évidence», dit-il en souriant. Depuis toujours, la famille a assumé la plupart des travaux et a construit aussi elle-même divers bâtiments. Pour le projet du chauffage, les Bacon ont dû cependant avoir recours à une aide extérieure. C’est en effet grâce à des subventions, à un crédit agricole et à l’augmentation de leur hypothèque qu’ils ont pu installer un nouveau chauffage. Après cela, il ne leur restait plus d’argent pour le remplacement tout aussi indispensable des portes et des fenêtres qui laissaient passer l’air.

Le projet en bref

  • Famille de paysans
  • Nouvelles portes et fenêtres
  • Pleujouse/JU

Grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, les travaux nécessaires pour remédier aux déperditions de chaleur ont pu être entrepris. La construction du nouveau chauffage écologique a été onéreuse mais elle aura des répercussions positives à l’avenir. Le chauffage à bois déchiqueté est en effet bien plus avantageux que le chauffage électrique, notamment du fait que le bois provient de la propre forêt des paysans. C’est un professionnel de la branche qui débite le bois. Yves gagne donc un temps précieux qu’il devait consacrer auparavant à préparer le feu.

Un gain de temps appréciable

Le nouveau chauffage est aussi d’un usage bien plus aisé. Yves n’intervient plus que rarement, par ex. lorsqu’un morceau de bois trop gros reste coincé dans la vis qui transporte le bois dans la chaudière. Désormais, il peut se consacrer totalement aux travaux de la ferme. Il exploite en grande partie seul 35 hectares de domaine cultivable. Mirka le seconde, quand elle le peut. Par ailleurs, le père d’Yves vient aussi quotidiennement donner un coup de main. Dans cette exploitation qui se consacre à l’élevage du bétail pour la boucherie, ce sont 20 vaches mères et leur progéniture qui doivent être nourries en permanence. Une grande partie de la viande est vendue sous le label «Natura-Beef». En plus des vaches, d’innombrables autres animaux vivent à la ferme: chiens, chèvres, moutons, sangliers et diverses espèces d’oiseaux. Yves estime que plus l’espèce est insolite, plus elle est intéressante. Il a la passion des animaux et de la chasse et aura dorénavant davantage de temps à y consacrer. Grâce au nouveau chauffage, les visites aux amis sont elles aussi devenues plus simples pour la famille. Avant, quand la maison était toujours glacée à leur retour, ils réfléchissaient à deux fois avant de sortir. «Nous n’avons plus à nous préoccuper», commente Mirka, ravie. A Noël, la famille restera cependant à la maison et fêtera avec la parenté dans une salle de séjour désormais bien chaude.

Texte: Max Hugelshofer

Photos: Yannick Andrea

Paru en novembre 2014