Paysan de montagne à tout prix

Paysan de montagne à tout prix

L’agrandissement de son exploitation a généré pour Moritz Giuliani une plus grande quantité de fumier et de lisier à traiter. Il dut donc construire une nouvelle aire pour le fumier et agrandir sa fosse à purin.

Florian, 5 ans, trouve génial que les travaux d’aménagement de l’aire de stockage du fumier ne soient pas encore terminés, car il découvre toujours de jolies pierres à proximité, quelques-unes même avec des reflets dorés. Son père, Moritz Giuliani emmène souvent le petit avec lui quand il se rend à l’étable, bien que la famille habite au centre du village de San Carlo, à environ un kilomètre. Depuis tout gosse, Moritz rêvait de devenir paysan. Il aime sa vallée, ses vaches et les alpages qu’il exploite. Par le passé, il a toujours aidé ses parents à la ferme. Malgré cela, ses intentions de reprendre l’exploitation n’étaient pas du goût de son père. «Il ne voulait pas que je devienne paysan, car il ne voyait pas d’avenir pour la profession», explique Moritz. Pour décourager son fils de se lancer dans le métier de ses rêves, le père vendit même une partie de ses terres à d’autres paysans de la vallée. Par solidarité, ces derniers lui revendirent par la suite les terrains afin qu’il puisse se construire son propre domaine. Cependant, étant donné qu’il ne s’agissait pas d’une véritable reprise, il dût renoncer aux subventions du canton auxquelles il aurait normalement eu droit.

Moritz ne se laissa malgré tout pas décourager. En 2000, il construisit une nouvelle étable à stabulation libre dans la vallée pour ses vaches mères bio et ses veaux. Cela lui permit d’agrandir petit à petit son exploitation et de réduire son job d’appoint dans l’exploitation forestière. Com­me le nombre de vaches augmentait, il y avait aussi davantage de lisier à traiter. Chaque hiver, Moritz ne savait plus qu’en faire. Un agrandissement de la fosse à purin et un nouveau local pour le fumier s’imposaient. Cependant com­­- me sa compagne et lui avaient investi toutes leurs économies dans la rénovation de la ferme, ils ne disposaient pas des fonds nécessaires pour ces investissements. L’Aide Suisse aux Montagnards intervint alors en prenant une partie des coûts à sa charge. La ferme pourra ainsi continuer à se développer, voire même offrir une existence à Florian plus tard, s’il le souhaite. Moritz: «Ma propre expérience m’a permis d’apprendre qu’il faut respecter le choix de ses enfants.»

Texte et photos: Max Hugelshofer

Paru en juin 2013

Le projet en bref

  • Famille de paysans
  • Agrandissement de la fosse à purin
  • San Carlo/GR