Un magasin propriété des villageois

Un magasin propriété des villageois

L’avenir du magasin de village de Bristen était menacé. Les villageois ont alors pris les choses en mains.

400 personnes vivent loin de tout, dans le village de Bristen dans le Maderanertal, relié à Amsteg par une route très étroite et pentue. Avec son école, sa banque, ses restaurants et son magasin de village qui intègre un bureau de poste, il jouissait d’une certaine autonomie. ­ Les choses se compliquèrent quand le couple qui tenait le magasin depuis 30 ans décida de se retirer, car aucun repreneur ne se présenta. L’aménagement du magasin était vétuste et le chiffre d’affaires en constante diminution. Les habitants de Bristen ne pouvaient concevoir de se passer de magasin. Ils se regroupèrent donc pour en discuter et fondèrent, lors d’une assemblée communale, la coopérative du magasin de village de Bristen. 80 % des villageois achetèrent des parts de coopérateurs. «Cet engouement pour notre magasin de village nous a redonné courage», déclare Peter Jauch, président de la coopérative, qui a averti les villageois qu’il ne suffisait pas d’une contribution, certes louable, pour que la partie soit gagnée. «Je leur ai tenu un véritable discours de morale», dit-il en souriant. Jauch insista sur le fait qu’on ne pourrait alors se contenter d’acheter au village ce que l’on avait oublié au supermarché dans la vallée, et souligna que pour avoir une chance de s’en sortir, le magasin devait avoir des clients fidèles. Des paroles qui ne tombèrent pas dans les oreilles d’un sourd. «J’ai soudain rencontré au magasin des gens qui n’y auraient auparavant jamais mis les pieds», ajoute-­ t-il.

Restait un problème à résoudre: la majeure partie de l’argent des coopérateurs avait servi à financer la reprise du stock et le nouvel aménagement, et il ne restait plus guère de ressources pour les nouvelles acquisitions, comme par ex. une armoire frigorifique. C’est alors que les coopérateurs sollicitèrent le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, clé d’un nouveau départ. Jauch: «Le chiffre d’affaires est remonté en flèche et le magasin marche bien maintenant.» Tout cela est dû aussi aux mérites de la nouvelle gérante, Heidi von Büren. Elle n’est pas du coin, mais a un ami à Bristen et connaît donc bien le village et ses habitants. «Cela n’a pas été évident pour moi de quitter mon poste bien payé de suppléante de la directrice de succursale chez Coop pour venir m’installer dans ce village isolé», avoue-t-elle. Elle ne l’a cependant pas regretté, bien au contraire. «J’ai été accueillie à bras ouverts, le travail est passionnant et je peux mettre mes idées à exécution et innover.» Preuve en est: désormais les légumes frais sont vendus au détail et la viande et le fromage en self-service. ­ Le magasin est plus lumineux ­et moins encombré et l’assortiment toujours aussi vaste. «Un changement incroyable!», s’exclame une cliente qui se rend à la caisse avec son panier bien rempli. Est-elle aussi copropriétaire du magasin? «Mais oui, cela va de soi!»

dorfladen-bristen.ch

Texte et photos: Max Hugelshofer

Paru en novembre 2013

Le projet en bref

  • Magasin de village
  • Armoire frigorifique
  • Bristen/UR