Ce qui se passe après la tonte

Ce qui se passe après la tonte

Dans le cadre d’une action qui a duré deux mois, Bico a fait un don de 50 francs par matelas vendu à l’Aide suisse à la montagne. Une grande partie de la recette a servi à la construction d’une bergerie dans la ferme de Hans et Irene Hohl, lesquels ont bénéficié d’une visite privée dans le centre de production à Schänis où la laine est utilisée pour en faire des matelas.

Qui n’apprécie pas de se coucher après une rude journée de travail dans un lit bien confortable? Bico, le fabriquant suisse de matelas, nous révèle la composition de ses matelas: laine de mouton suisse et en particulier celle des moutons de Hans et Irène de Wald en Appenzell, qui sont chanceux. Pendant deux mois, Bico a fait une action. Pour chaque matelas vendu, 50 francs ont été versés à l’Aide suisse à la montagne. Et en l’espace de deux mois, c’est la coquette somme de 200 000 francs qui a été rassemblée. Une partie de cet argent est allée à Hans et Irene Hohl pour leur nouvelle bergerie.

«Il est pour nous primordial que la demande pour la laine suisse augmente et que la population s’intéresse davantage à l’agriculture en Suisse. Nous sommes persuadés que l’exemple de la famille Hohl a été porteur», dit Toni Haberthür, CEO de Bico. Les Hohl ont misé longtemps sur l’élevage des vaches. «Nous avons cependant toujours eu du plaisir avec les moutons que nous élevions par hobby», dit Hans Hohl. C’est pourquoi le couple a décidé de passer à l’élevage des moutons. L’initiative de Bico arrivait donc à point nommé. Pour mener à bien cette action, les collaborateurs de Bico ont visité à plusieurs reprises la ferme de la famille Hohl. «Ces rencontres ont toujours été conviviales et la chimie a tout de suite opéré», témoigne Hans Hohl. En guise de remerciements pour le temps consacré, Bico a invité le couple à visiter son centre de production à Schänis afin qu’ils ne soient pour une fois pas les hôtes mais les convives et qu’ils puissent voir sur place ce qu’il advient de «leur» laine.

Elle arrive chez Bico via Swisswool qui collecte la laine. Toni Haberthür, Balz Käslin, responsable de la qualité, et Jens Fischer, directeur marketing et développement des produits, conduisent le couple à travers la fabrique.


Texte: Isabel Plana

Images: Max Hugelshofer

Paru en mars 2020