«Ensemble, nous avons défini une stratégie»

«Ensemble, nous avons défini une stratégie»

Manchmal braucht ein Gesuchsteller nicht nur finanzielle Unterstützung, sondern auch Beratung. Die Berghilfe arbeitet dafür mit Adlatus zusammen.

Adlatus est un réseau de cadres supérieurs et de spécialistes professionnels à la retraite, actifs dans toute la Suisse et qui transmettent leur know-how et leurs expériences pratiques sous forme de conseils et de coaching. Charles Müller est l’un d’eux. C’est lui qui a conseillé et épaulé Beatrice Di Blasi, tenancière de l’hôtel Gravas à Vella/GR.

Quelle a été votre première impression à l’hôtel Gravas à Vella?

L’hôtel Gravas avec ses 15 chambres n’est pas un grand hôtel mais le bâtiment est imposant. En jetant un coup d’œil sur le chiffre d’affaires des dernières années, je me suis demandé comment cette entreprise arrivait à s’en sortir. Ce n’était possible que parce que la famille Di Blasi s’investit personnellement corps et âme. J’ai été aussi surpris de voir comme l’hôtel était propre. Tous ceux qui pensent qu’un hôtel qui accepte les chiens risque d’être sale seront vite convaincus du contraire au Gravas. Beatrice Di Blasi a élargi son offre en créant un nouveau concept «Vacances avec chiens».

Que pensez-vous de ce concept?

J’y vois un grand potentiel. Dans le passé, nous avons aussi eu un chien dans la famille et je me souviens que c’était toujours une gageure lorsqu’il s’agissait de trouver un hôtel qui accepte les chiens. Il faut comprendre que l’offre de l’hôtel Gravas va bien au-delà de l’acceptation des chiens. Il n’y a cependant malheureusement pas de catégorie officielle «Hôtel acceptant les chiens» comme c’est le cas pour les hôtels «Wellness» ou les «hôtels de randonnée».

Quels sont les conseils principaux que vous avez donnés à Madame Di Blasi?

Deux points étaient essentiels: un concept marketing approprié et une planification cohérente des dépenses. La situation économique de l’hôtel ne permet qu’un budget modeste pour la publicité. Il est donc d’autant plus important de l’investir judicieusement. Ce n’est pas une annonce sur papier glacé dans un magazine de voyages qui amènera des clients. Un reportage dans un magazine «spécial chiens» sera plus porteur. Jusque-là, Madame Di Blasi n’avait pas de véritable stratégie. Ensemble, nous avons défini quel était le montant à prévoir annuellement pour les annonces et autres mesures de relations publiques et quels étaient les magazines et les plateformes à privilégier.

Comment s’est effectué ce coaching? Avez-vous rendu régulièrement visite à Madame Di Blasi?

Je rencontre Madame Di Blasi tous les trois à quatre mois pour un briefing personnel. Nous avons établi au début une liste des mesures à entreprendre qu’elle met petit à petit à exécution. Lorsqu’elle a une question ou besoin d’un deuxième avis, elle m’envoie un mail ou m’appelle.

Comment en êtes-vous venu à Adlatus?

J’ai effectué un cursus classique dans l’hôtellerie et la restauration, en commençant par un apprentissage de cuisinier et en passant ensuite au management d’hôtel puis à la direction de mes propres hôtels et restaurants dans les Grisons. Après ma retraite il y a six ans, je voulais rester dans le coup et transmettre mes connaissances et mes expériences afin d’être utile à d’autres personnes.

Interview und Bild: Isabel Plana

Paru en septembre 2018
Kooperation mit Adlatus
Die Schweizer Berghilfe bietet selber keine Beratungsleistungen an, sondern arbeitet dazu mit Partnern zusammen – so seit 2014 auch mit Adlatus. Wenn eine Projektidee zwar vielversprechend, aber nicht ausgereift ist oder ein ordentlicher Businessplan fehlt, empfiehlt die Berghilfe Gesuchstellern, die Beratung eines Adlaten in Anspruch zu nehmen. Kommt dieses Mandat zustande, kann sich die Berghilfe an den Kosten mitbeteiligen.