Un refuge pour le transporteur et la faneuse

Soutenez la famille Wüthrich de Lenk en Simmental.

Les habitants de la ferme biologique de la famille Wüthrich se portent très bien. Cependant, un autre sort est réservé aux machines qui restent dehors et sont à la merci de la neige et de la pluie. Un nouvel abri remédiera bientôt à la situation.

La neige tombe en gros flocons ce matin, à la Lenk im Simental. En effet, la ferme de Simone et Alexander Wüthrich disparaît assez rapidement sous un épais manteau blanc. Il n’y a pas que les bâtiments, les chemins et les champs qui en sont recouverts. Faneuse, faucheuse et fendeuses sont également ensevelies sous la neige. Tout comme le transporteur et le tracteur. La neige gèlera, fondra, puis regèlera. Un cycle désastreux pour n’importe quelle machine. Les Wüthrich n’ont cependant pas le choix, car il leur manque un emplacement approprié.

Monatsprojekt
Soutenez la famille Wüthrich
Il faut 30'000 francs pour réaliser ce projet. Nous avons déjà collecté 30'825 francs. Aidez-nous à trouver les 0 francs manquants.
102% collecté
Il manque encore CHF
0

Simone et Alexander ont repris la ferme biologique des parents de cette dernière. «Ce n’était pas vraiment prévu», s'amuse Simone, formée en tant qu’assistante en soins et en santé communautaire. Elle a toujours apprécié mettre la main à la pâte et n’a jamais déménagé très loin de la maison de ses parents puisqu’elle habite dans le «stöckli», la maisonnette à côté de la ferme. «Devenir agricultrice? Jamais!». Puis, Lenny est né et tout a changé, ou presque. «Alex et moi avons remarqué que c’était génial pour les enfants de grandir dans une ferme. Nous avons également pris conscience, tous deux enfants d’agricultrices et agriculteurs, à quel point nous étions marqués par notre enfance». Simone a donc suivi une formation complémentaire en agriculture pour embrasser cette nouvelle profession. Alexander exerce toujours son métier de menuisier, sa fonction d’encadrement dans un atelier adapté et s’occupe de diverses tâches à la ferme lors de ses jours de congé. Il ne faut pas oublier non plus les parents de Simone. Ils sont encore pleinement investis dans l’entreprise et donnent tous les jours un coup de main. À tour de rôle, une génération prépare le repas de midi pour l’autre. En outre, Lenny âgé de 7 ans maintenant et sa petite sœur Emily, 4 ans, passent beaucoup de temps chez leurs grands-parents.

Simone et Alexander ont gardé de nombreuses choses depuis qu’ils ont repris la ferme tout en apportant également de la nouveauté. Ils ont transformé une ancienne remorque à bétail en espace de vente dans lequel ils vendent du fromage à raclette et d’alpage ainsi que des œufs directement depuis la ferme. Le lard et la viande séchée de leurs propres porcs devraient bientôt venir s’ajouter à leur gamme de produits. Ces derniers mois, ils s’adonnent surtout au rangement. Toutefois, il est difficile de ranger les machines. «Cela me dérange qu’elles soient éparpillées partout sur notre exploitation. Le pire c’est qu’en plus, elles sont exposées aux aléas météorologiques et tout s’abîme plus vite», explique Simone.

Cette situation ne peut plus durer. Derrière l’ancienne étable, Simone et Alexander veulent construire un local à deux étages pour y loger toutes les machines. Les plans sont dessinés, les autorisations reçues. Au printemps, les travaux pourront commencer. Alexander et le père de Simone effectueront de nombreux travaux en lien avec le bois eux-mêmes afin d’économiser le plus possible. Pourtant, cet investissement urgent et indispensable dépasse le budget de cette jeune famille. C’est pourquoi l’Aide suisse à la montagne a décidé d’apporter son soutien à hauteur de 30 000 francs. Il nous manque cependant encore 25 000 francs. Aidez-nous à obtenir ce montant.

 C'est ici que le nouvel abri sera construit.
C'est ici que le nouvel abri sera construit.