Des armaillis et leur ânesse soulagés

Des armaillis et leur ânesse soulagés

Plus besoin de descendre le fromage à dos d'âne. Le nouveau téléphérique de l'alpage Cedullo raccourcit les temps de trajet.

Tous les mercredis, les armaillis Sylvia Wyss et Maurizio Minoletti sellent leur ânesse Carmela pour amener leur fromage d’alpage et leur spécialité de fromage frais dans la vallée. Au retour, ce sont des produits frais et des boissons qui sont chargés sur le baudet. Or, ces trajets font perdre toute une journée de travail à ces bergers. Un nouveau téléphérique pour le matériel devrait désormais leur simplifier la tâche. Un gain de temps que le couple pourra mettre à profit pour se consacrer aux touristes qui leur procurent un revenu d’appoint et s’occuper de leur bétail.

Carmela attend patiemment devant le chalet de pierre de l’alpage de Cedullo au-dessus de San Nazzaro sur le lac Majeur. L’ânesse se laisse bâter sans broncher. Elle remue à peine les oreilles lorsque les armaillis Sylvia Wyss et Maurizio Minoletti chargent sur son dos des glacières. Sur cet alpage de Cedullo, les ânes sont habitués à porter de lourdes charges. Les glacières sont remplies de fromage d’alpage Formagella et de délicieux fromage frais «Büscion», que la fromagère Kathrine Quaini a fabriqué la semaine dernière avec le lait de 150 chèvres et de neuf vaches. De grands sacs à ordures viennent compléter le chargement. La cohorte peut alors se mettre en route. A pas lents, et sans glisser sur le sol du chemin, l’ânesse conduite par Maurizio transporte la lourde charge vers Monti di Gerra dans la vallée. Un trajet d’une heure et demie. Là, après déchargement, Carmela n’a droit qu’à une petite pause, car une connaissance de ­Sylvia et Maurizio attend avec son véhicule rempli d’aliments frais et de boissons qui seront bientôt chargés sur le dos de l’ânesse.

Alors que Maurizio et Carmela remontent la pente abrupte, la voiture est déjà sur la route sinueuse qui conduit au lac Majeur pour y livrer le fromage dans des magasins spécialisés. Le scénario se répète tous les mercredis sur l’alpage de Cedullo. Les préparatifs, les temps de chargement, de déchargement et de marche représentent chaque fois une journée entière de travail. Du temps que Maurizio et Sylvia pourraient mettre à profit pour d’autres tâches. A côté de leurs nombreux animaux: ânes, chèvres, vaches et moutons, ils s’occupent aussi des randonneurs qui aiment à faire une pause sur leur sympathique terrasse d’où l’on jouit d’une vue magnifique sur le lac, et qui passent souvent la nuit dans le dortoir. «Nous savions dès le début qu’un téléphérique pour le matériel serait la solution à nos problèmes», dit Sylvia.

Le projet en bref

  • Alpagistes
  • Téléphérique pour le matériel
  • Indemini/TI

Après une attente de huit ans, leur vœu sera enfin exaucé. Les travaux forestiers nécessaires sont terminés et les fondations pour les pylônes déjà bétonnées. Si le tout a duré si longtemps, c’est que l’argent faisait défaut. Le propriétaire de l’alpage, le Patriziato di San Nazzaro, n’a, comme la plupart des petites communes du Tessin, pratiquement pas de revenus et encore moins de fortune. Par ailleurs, des investissements plus pressants avaient été réalisés sur cet alpage de Cedullo ces dernières années: installation d’un paratonnerre, renouvellement de la centrale de production d’énergie solaire, nouveau sol pour la fromagerie… La liste est longue. «Chaque fois que je suis ici, j’ai envie de me mettre des œillères», commente Dario Antognini, président du patriziato. «Je vois partout des choses qui devraient être réparées ou rénovées.» Mais le téléphérique pour le matériel sera bientôt installé. «Grâce à l’Aide Suisse aux Montagnards, Sylvia et Maurizio ne devront plus travailler dans des conditions aussi difficiles», ajoute Dario. «Ce téléphérique assure l’exploitation de l’alpage de Cedullo pendant encore de nombreuses années.»

L’alpage de Cedullo est situé sur l’un des plus beaux chemins de randonnée du Tessin. La course débute sur les hauteurs du col Alpe di Neggia (atteignable en voiture ou en car postal). Elle conduit les randonneurs en environ trois heures et en surplombant le lac Majeur jusqu’au pittoresque village d’Indemini, desservi aussi par un car postal. L’alpage de Cedullo se trouve sur ce chemin à environ deux tiers du trajet.

Texte: Max Hugelshofer

Photos: Yannick Andrea

Paru en août 2013