De revenus supplémentaires grâce aux tisanes

De revenus supplémentaires grâce aux tisanes

Les Theiler passe leurs étés l’alpage d’Äbnistetten, au-dessus de l’Entlebuch lucernois. Grâce au soutien de l’Aide à la montagne, ils produisent également leur propre fromage d’alpage.

Au milieu de la fromagerie de l’alpage d’Äbnistetten, un tracteur «John Deere» aux jantes jaunes, de 40 centimètres de haut, attire l’attention. Sur le siège, la petite Lisa (3 ans) al’œil sur tout. Elle observe attentivement ses parents Reto et Sili Theiler qui, unissant leurs efforts, hissent le caillé hors du chaudron pour le déverser dans la presse. Et Lisa braque énergiquement son volant et, voyant que personne ne la regarde, arrache à sa petite sœur Melina un nounours gélifié qu’elle a dans un gobelet en plastique. Si ce n’étaient les joues des deux fillettes, plus rouges qu’à l’accoutumée, et les gouttes qui perlent du plafond à cause de la forte humidité ambiante, on remarquerait à peine que la température dépasse les 30 degrés. «Elles aiment bien être avec nous, quoi que l’on fasse», dit Sili Theiler. «C’est parfois fatiguant, mais Lisa peut aussi être une véritable aide.»

Tirer davantage profit du lait

Tout l’été, la famille, accompagnée du père de Reto et de deux apprentis, abandonne son exploitation à Schüpfheim dans l’Entlebuch pour aller s’établir à une heure de là sur l’alpage d’Äbnistetten. «Je me réjouis à chaque fois énormément», déclare Reto, qui n’était pas plus âgé que Melina quand il a fait sa première montée à l’alpage, à 1250 md’altitude. «Depuis tout petit, j’ai toujours préféré être ici sur les hauteurs qu’en bas dans la vallée.» A l’époque, les conditions étaient bien différentes sur cet alpage. Il n’y avait pas de tracteur d’enfant pour jouer, pas d’habitat bien isolé et clair, et pas de fromagerie. A la fin, l’ancien bâtiment d’alpage avait plus de 260 ans et n’était plus vraiment habitable. Comme une rénovation s’avérait trop onéreuse, il était impératif d’en construire un nouveau.

Le projet en bref

  • Famille d’alpagistes
  • Nouvelle cabane avec fromagerie
  • Schüpfheim/LU

Reto et Sili en profitèrent pour tirer davantage parti des propriétés du lait de leurs 40 vaches. Jusqu’alors, Reto amenait quotidiennement le lait dans une remorque réfrigérée, sur une route de gravier très pentue, à la station de collecte dans la vallée. Un travail fastidieux et peu rentable. Sili, qui avait passé plusieurs étés sur un alpage dans les Grisons, où elle avait appris à faire le fromage, eut alors l’idée d’installer une petite fromagerie afin de fabriquer son fromage et de le vendre directement. Le financement posait cependant un sérieux problème à la jeune famille. «Nous aurions dû nous endetter lourdement, même en réalisant le tout nous-mêmes et en installant principalement des appareils d’occasion dans la fromagerie. Nous étions résolus à réaliser notre projet, mais étions mal à l’aise», se souvient Reto. Le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards changea la donne. «Depuis ce moment-là, j’ai pressenti que tout irait bien», dit Reto. La construction s’est effectuée en un temps record, avec beaucoup d’énergie et sans encombre, et le tout était opérationnel pour le début de la saison d’alpage de l’an dernier.

Les premières semaines, la fabrication du fromage posa quelques problèmes, mais entre-temps, une certaine routine s’est établie. «Nous arrivions parfois à nos limites», confesse Sili. «Nous manquions tout bonnement d’expérience et la fabrication du fromage c’est tout un art.» Il est arrivé une fois que le lait surchauffe dans le chaudron, ce qui a eu pour conséquence que les 520 litres de lait ont donné un fromage cassant qui n’a pas pu être vendu. Un problème qui par chance n’a pas affecté le reste de la production qui était impeccable. Les Theiler vendent leur fromage dans les deux magasins de leur ferme dans la vallée, ainsi qu’à des randonneurs, des vététistes et des touristes sur l’alpage. D’autres produits laitiers, des œufs et parfois aussi de la viande de porc, font aussi partie de l’offre. Les rénovations effectuées sur l’alpage d’Äbnistetten promettent des années de succès. Et qui sait, peut-être que les enfants de Lisa et de Melina vivront un jour leurs premières aventures sur l’alpage.

Texte: Max Hugelshofer

Photos: Yannick Andrea

Paru en août 2012