Gite douillet au pied du Mont-Blanc

Un gite si plaisant que l’on y resterait volontiers à vie. C’est la prouesse qu’ont réalisée Tania et Bertrand Savioz en transformant un ancien grenier à blé qui était dans leur jardin.

La plupart des Suissesses et des Suisses ne connaissent probablement pas Trient. Le village est situé dans le Bas-Valais, de l’autre côté du Col de la Forclaz et il faut autant de temps pour se rendre depuis là à Martigny que pour aller à Chamonix. C’est de cette station de ski française bien connue que Tania Savioz est originaire. Lorsqu’elle a fait la connaissance de son mari Bertrand, elle a d’abord déménagé chez lui dans les environs de Martigny. Leur passion pour les montagnes les a ensuite amenés à chercher un logis plus en altitude. Ils le trouvèrent à Trient, pratiquement à équidistance entre leurs lieux d’origine.

Depuis là, Bertrand fait depuis près de 20 ans la navette pour se rendre à son travail dans la vallée. Quant à Tania, elle a un emploi partiel à la centrale hydroélectrique locale. Leurs deux filles adolescentes sont encore à la maison et Tania et Bertrand sont totalement intégrés dans la vie du village. Bertrand est même président de commune à Trient. C’est dans cette fonction qu’il a pris conscience qu’il y avait trop peu de possibilités d’hébergement au village, car aussi excentré que soit Trient, le village est pour certains touristes quasi incontournable, notamment pour les randonneurs et les alpinistes qui effectuent en dix jours le «Tour du Mont-Blanc» qui, en 170 kilomètres et quelque 10 000 mètres de dénivelé, permet de faire le tour du plus haut sommet des Alpes. Ils sont plusieurs dizaines chaque année et peu nombreux ceux qui préfèrent dormir sous tente.

Le projet en bref

  • Famille montagne
  • Chambre d'hôtes
  • Trient/VS

Lorsque, après une séance du conseil communal, Bertrand a parlé du problème avec Tania, elle a de suite pensé au vieux raccard dans leur jardin. «On pourrait le transformer un hébergement !» Le raccard est en fait un ancien grenier à blé centenaire qui était déjà là quand ils ont acheté la maison, mais qui n’avait depuis lors jamais été utilisé. Ce qui n’était d’abord qu’une plaisanterie est devenu un véritable projet pour toute la famille. «Ensemble, nous avons imaginé comment réaliser notre future chambre d’hôtes. Nous avons dessiné des plans et sollicité des offres.»

L’amour du détail

Le résultat est tout à fait probant. L’«Abri’cottage» (nom que les Savioz ont donné à ce petit bijou) se compose de deux parties. L’ancien grenier s’est converti en chambre à coucher principale. Une cuisine, une pièce, une salle de bain et une autre chambre à coucher ont été aménagées dans une annexe nouvellement construite. Le tout a été réalisé en pensant aux moindres détails et décoré avec amour. En fait, bien trop beau pour une courte nuit entre deux étapes de randonnée. «Notre clientèle est très différente de ce que nous avions imaginé », témoigne Tania. Ce ne sont pas des randonneurs au long cours, mais surtout des personnes qui aspirent au calme qui trouvent refuge ici – et qui restent parfois volontiers toute une semaine. Depuis une bonne année, les Savioz ont posté leur offre sur des plateformes de réservation spécialisées ainsi que sur leur propre site Web. Et dès le début l’«Abri’cottage» a été complet en permanence. «C’est chouette d’avoir des contacts avec des personnes de toute la Suisse», dit Tania. L’enthousiasme de ses hôtes lui fait plaisir. Il est si fort, que nombreux sont ceux qui, avant leur départ, réservent déjà pour un nouveau séjour.

abri-cottage.ch

Texte: Max Hugelshofer

Images: Yannick Andrea

Paru en septembre 2021
Notre soutien
Pour l’aménagement de leur vieux grenier à céréales, toute la famille a donné un coup de main et investi toutes ses économies dans le projet. Cela n’a cependant suffi qu’après que l’Aide suisse à la montagne a apporté son soutien.