Jambon cuit dans l’asphalte

Il n’y a pas si longtemps que les mineurs du Val-de-Travers descendaient encore dans les mines, via un tunnel-labyrinthe pour y extraire l’or noir d’asphalte. Aujourd’hui, les galeries sont une attraction pour les visiteurs. Et dans le café-restaurant d’à côté, c’est une expérience culinaire exceptionnelle qui les attend.

Une masse d’asphalte noir bouillonne dans une bassine. Il se dégage une odeur semblable à celle que l’on sent sur les chantiers de rue les jours de chaleur estivale. Hans Brand presse sur le bouton vert de sa télécommande, et le palan remonte de l’asphalte bouillant une espèce de cage qui contient environ huit petits paquets. Ils sont poisseux, fumants, pas très ragoûtants et ils ne sentent pas bon. Mais dès que Hans commence à remuer le tout avec un couteau, les choses prennent un tout autre aspect. Sous plusieurs couches de papier de boucherie, c’est un magnifique jambon rosé qui apparaît. Et comme l’asphalte ne laisse pas passer l’eau, le jus est resté dans la viande durant les quatre heures de cuisson. C’est ainsi que, dans les mines du Val-de-Travers, on cuit depuis des centaines d’années le «jambon des mineurs». A l’époque, c’était une fois par an: le jour où l’on fêtait Sainte Barbara, censée veiller sur le bien-être des mineurs. De nos jours, c’est une fois par semaine pour les touristes qui visitent ces mines désaffectées et qui peuvent donc ensuite se régaler au restaurant voisin.

L’ancienne mine d’asphalte est l’une des attractions les plus singulières de Suisse. Qui sait que dans la vallée de l’Areuse il y a 100 kilomètres de galeries à travers la montagne? Ou que l’asphalte du Val-de-Travers était à l’époque un produit de luxe, apprécié dans le monde entier, et pour lequel construite afin de le transporter jusqu’à Paris? On apprend tout cela lors d’une visite guidée qui vous mène à travers les kilomètres accessibles de la mine et permet de se faire une idée de la vie pénible que menaient les mineurs de l’époque.

Le projet en bref

  • Mines d'Asphalte
  • Espace naturel protégé et renovation du toit
  • Val-de-Travers/NE

Un progrès qui s’est traduit par un déclin

Les mines d’asphalte du Val-de-Travers ont été fermées en 1986 car les revêtements des chaussées, fabriqués chimiquement, étaient bien moins onéreux que ceux provenant de l’extraction de l’asphalte. Peu après leur fermeture, les mines ont été exploitées sur le plan touristique. Mais, par manque d’investissements, l’attraction tomba très vite dans l’oubli et les bâtiments se dégradèrent, du moins jusqu’à ce que la famille von Wyss, des hôteliers de l’endroit, ait repris les mines. Matthias, le père et ses deux filles, Andrée et Laure, apportèrent un nouveau souffle aux mines. Laure témoigne: «Nous avons plein d’histoires passionnantes à raconter. Et si nous agissons opportunément, nous pourrons être à la hauteur des attractions les plus connues de Suisse.»

Pour cela, il faut aussi que l’infrastructure soit adéquate. Et ce n’est pas vraiment le cas. Dans le bâtiment principal, il a plu à travers le toit aux trois frontons caractéristiques et en hiver les locaux ne pouvaient plus qu’à peine être chauffés. Un premier assainissement a cependant permis de résoudre le problème. Désormais le restaurant invite à s’attarder aussi en hiver, avant ou après la visite à travers les tunnels sombres. À ne pas manquer: le jambon cuit dans l’asphalte, (appelé aussi jambon bitume).

mines-asphalte.ch

Texte: Max Hugelshofer

Images: Yannick Andrea

Paru en novembre 2021
Notre soutien
Avec le soutien de l’Aide suisse à la montagne, le toit du restaurant et du musée a été étanchéifié et les salles isolées. A l’extérieur, un petit espace naturel protégé a vu le jour avec un quiz passionnant, que l’on peut faire sur place sur sa tablette ou son Smartphone.