«La démolition c’est idéal»

«La démolition c’est idéal»

Une fois par an, les apprentis de Reishauer AG de Wallisellen s’investissent en montagne.

Cette année, les apprentis de l’entreprise Reishauer prennent part aux travaux d’assainissement dans le cadre de leur camp annuel à Luchsingen, dans le canton de Glaris.

Les lamas de la famille Barbüda jettent un regard quelque peu dédaigneux par-dessus la barrière de leur enclos. Des jeunes gens transportant des poutres et des portes passent devant l’enclos. Et des gravats jetés à travers une fenêtre atterrissent dans une benne. Les Barbüda rénovent leur maison d’habitation. Pour les travaux de démolition, les Barbüda ont obtenu de l’aide. 14 apprentis de première année sont là, dans le cadre de leur camp d’apprentissage. Pendant une semaine, ils habitent dans un chalet du voisinage et donnent un coup de main aux Barbüda. Ils s’investissent pleinement dans les travaux de chantier et font plus ample connaissance avec leurs formateurs et leurs camarades.

«Un tel engagement soude une équipe», commente Raymond Schneider. Il est bien placé pour le savoir, car il conduit ses apprentis depuis 30 ans dans des camps. «Nous avons déjà réalisé divers genres de travaux», dit-il, mais la démolition c’est idéal car elle permet aux jeunes de libérer leurs énergies. Les jeunes apprécient le changement par rapport à leur quotidien professionnel et prouvent, malgré les courbatures qui se font sentir, leur volonté de s’investir à fond. Certains connaissent les régions de montagne pour y avoir fait des vacances, mais pour d’autres, c’est une expérience totalement nouvelle. «C’est super, mais je suis content de ne pas devoir vivre ici», s’exclame l’un d’eux. Un autre témoigne: «Les gens sont tous sympas et je suis impressionné par tout ce que Christian et sa femme Barbara font sur le chantier.»

Bien que le travail soit pénible et pas toujours très amusant, cette mission de travail restera un bon souvenir pour eux. Fabian Bucher, coordinateur des «volontaires montagne» atteste: dans les engagements en faveur des montagnards, tout le monde est gagnant. Les jeunes vivent une expérience unique, et la population de montagne sait qu’elle peut compter à long terme sur leur empathie et leur solidarité. Le mandant peut quant à lui réaliser des travaux qu’il n’aurait pas pu se payer. Les chiffres que nous révèle Christian Barbüda sont éloquents: «Une entreprise de construction m’a fait une offre pour les travaux de démolition pour plusieurs dizaines de milliers de francs. Nous n’aurions jamais pu les financer.» Pour la famille Barbüda, les apprentis de Reishauer ont donc déplacé des montagnes. Et ils ont pris conscience qu’il est merveilleux de grandir en montagne mais que cela implique aussi de nombreux défis.

Texte et photos: Max Hugelshofer

Paru en août 2016