«La nouvelle bergerie est un grand soulagement»

Auparavant, il fallait trois bergeries pour accueil tous les moutons de la famille Pralong.

Avant, pour pouvoir nourrir ses moutons, Alphonse Pralong avait dû installer plusieurs dépôts de nourriture entre ses trois bergeries. En hiver il n’était presque pas possible de transporter la nourriture en raison des grandes quantités de neige. Depuis que la nouvelle bergerie a été construite, son épouse Rachel Pralong participe au nourrissage des bêtes. Ainsi, Alphonse Pralong continue d’obtenir d’importants revenus secondaires avec le dégagement des routes enneigées.

Les hivers sont toujours rudes dans le Val d’Hérens. Alphonse et Rachel Pralong et leurs deux garçons âgés de sept et neuf ans vivent à un kilomètre du village alpin d‘Evolène. Les époux Pralong se sont lancés dans l’élevage des moutons en 1994. Jusqu’à ce jour, le troupeau comptait 66 bêtes de différentes races dont il fallait prendre soin. La situation était tout sauf facile car les moutons étaient répartis dans trois vieilles bergeries fortement éloignées les unes des autres. Alphonse Pralong explique: «Pour acheminer la nourriture vers les animaux j’ai mis en place plusieurs dépôts de nourriture entre les différentes bergeries». Mais, quand les montagnes de neige s’accumulaient, le transport de la nourriture devenait très difficile et parfois presque impossible.

Tous les moutons enfin sous un même toit

Cela arrangeait bien Alphonse Pralong d’être, en plus de son métier, responsable du dégagement de la neige pour le haut du Val d’Hérens. Mais il fallait urgemment trouver une nouvelle solution: grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards la famille a pu construire une bergerie bien centrée, répondant aux critères actuels et pouvant abriter toutes les bêtes sous un même toit. «Cette nouvelle bergerie représente un immense soulagement pour nous », déclare Alphonse Pralong très reconnaissant : «Sans l’Aide Suisse aux Montagnards nous n’y serions jamais arrivés.» La nouvelle bergerie a également permis d’augmenter la taille de leur troupeau à 75 animaux, ce qui était financièrement indispensable. Grâce à la réunion des différents troupeaux, Rachel Pralong peut s’occuper du nourrissage des bêtes lors d’un arrêt intermédiaire sur le chemin qui mène à Evolène.

Recette hivernale et montagnarde du Val d’Hérens: Leragout d’agneau d’Evolène de Rachel Pralong

Paru en novembre 2009

Le projet en bref

  • Evolène/VS