Les bienfaits du soleil même en cas de brouillard

Les bienfaits du soleil même en cas de brouillard

Dans le canton de Neuchâtel, la métairie d'Aarberg sur les hauts de Villiers compte maintenant des panneaux solaires.

Le couple Oppliger ne se dédie pas uniquement à l’élevage des génisses (les leurs et celles d’autres paysans) qui paissent autour de leur métairie. Il s’assure aussi des revenus d’appoint indispensables en développant des offres de restauration. Afin de se prémunir pour l’avenir, les Oppliger ont entrepris la modernisation de leur installation solaire, laquelle a été soutenue par l’Aide suisse à la montagne.

Les pâturages au-dessus de Villiers/NE, à 1265 m. d’altitude, sont parsemés d’érables séculaires. Ils offrent à la septantaine de génisses qui y paissent une protection contre le soleil. 30 de ces bêtes appartiennent à Thierry Oppliger, qui exerce depuis quatre ans, et avec la collaboration de Dominique son épouse, à la fois le métier de berger et celui de chef de cuisine à la Métairie d’Aarberg. Tous ceux qui pénètrent dans cette auberge de montagne l’une des plus anciennes auberges jurassiennes traditionnelles pourront se délecter de rösti nature, de saucisson neuchâtelois et de délicieux desserts. «Nous proposons une authentique cuisine de montagne», commente Dominique. Pour arrondir les gains que lui procure l’agriculture, le couple est tributaire de revenus d’appoint, qu’elle obtient en exploitant la métairie durant les mois de mai à octobre. Comme l’approvisionnent en énergie ont toujours posé problème, les Oppliger se chauffaient au bois. L’éclairage et les appareils ménagers fonctionnaient, quant à eux, avec une génératrice diesel ainsi qu’en partie grâce à des panneaux solaires. Mais le tout était vétuste.

L’année dernière, l’installation rendit l’âme. Il s’avéra donc indispensable de la remplacer complètement. Par souci d’écologie et pour des raisons pratiques, les Oppliger décidèrent de se passer dans la mesure du possible du diesel. Mais malheureusement, les investissements nécessaires pour l’acquisition de nouvelles cellules solaires plus performantes, comme celles qui captent désormais les rayons du soleil derrière la métairie peinte en blanc, dépassaient de beaucoup le budget du couple. L’Aide Suisse aux Montagnards lui a donc fourni un soutien déterminant. Thierry Oppliger est enchanté de la nouvelle installation. «Les batteries se rechargent même quand il y a un épais brouillard c’est vraiment étonnant.» L’installation permet de couvrir pratiquement tous les besoins en énergie de la métairie, ce qui permet d’économiser environ 300 à 400 litres de diesel par an. (mk)

Photos: Yannick Andrea

Paru en août 2010

Le projet en bref

  • Alpagistes
  • Installation solaire
  • Villiers/NE