«Nous travaillons main dans la main»

Ensemble, père et fils produisent le lait précieux à la fabrication de la Tête de Moine AOC.

Dans quelques années Valentin Queloz pourra reprendre une exploitation laitière prospère de son père Joseph. Cette perspective remplit Joseph de fierté et de reconnaissance pour le soutien de l’Aide suisse à la montagne.

Le chemin a été long pour Joseph Queloz jusqu’à ce qu’il ait pu livrer son lait, pour la première fois en janvier dernier, à la fromagerie «Tête de Moine» de Saignelégier. Au début des années 70, alors qu’il entreprenait sa formation d’agriculteur, l’exploitation familiale comptait sept hectares. Petit à petit, Queloz a pu agrandir la surface cultivable. Mais c’est la nouvelle étable terminée en 2009, équipée d’une installation de séchage du foin grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, qui a permis de répondre aux critères AOC très stricts en ce qui concerne la «Tête de Moine». Chez les Queloz, le fourrage d’ensilage fait désormais partie du passé «La construction de la nouvelle étable, m’a permis de vendre le lait de mes 20 vaches à un meilleur prix» déclare Joseph Queloz ravi. L’agriculteur de montagne travaille déjà main dans la main avec son fils Valentin. «Je suis très fier à l’idée de remettre un jour une exploitation intacte à mon fils Valentin. D’autant plus fier, que cela n’a pas été évident de pouvoir lui permettre d’acquérir de bonnes bases pour se lancer.»

De fiers producteurs de «Tête de Moine»

Contrairement à ses quatre frères et sœurs, Valentin Queloz a toujours tout misé sur l’agriculture. La perspective de reprendre un jour l’exploitation dans les Franches-Montagnes remplit le jeune homme de 17 ans de joie et d’impatience. «C’est génial, que la nouvelle étable nous ait permis de faire un si grand pas en avant. J’ai un bon pressentiment en ce qui concerne l’avenir.» Pouvoir utiliser son lait pour la production de la «Tête de Moine AOC» grâce au nouvel équipement de l’étable motive encore d’avantage le jeune Queloz, tout comme la perspective des futures chambres d’hôtes. «Mon père a l’intention de transformer l’ancienne maison d’habitat d’à côté, où il a grandi, en hébergements pour les touristes. C’est un projet que nous abordons en commun et auquel adhèrent tous les membres de la famille.»

Paru en avril 2011

Le projet en bref

  • St-Brais/JU