Produits locaux à l’honneur

Produits locaux à l’honneur

L'auberge de Trun fait la part belle aux aliments provenant de son jardin et de sa ferme.

A l’Hospezi, celui qui commande un steak frites restera sur sa faim. Par contre, ceux qui se laissent surprendre par ce que leur serviront Ursi et Christian Weber découvriront des mets authentiques oubliés depuis longtemps et dégusteront des aliments dont ils ne connaissaient pas l’existence.

L’«Hospezi» est une auberge d’un genre particulier. Inutile d’y chercher une carte des mets. Dans cet hôtel de Caltgadira dans la Surselva, on sert exclusivement des produits qui proviennent du jardin, de la cave ou de l’étable. Depuis 15 ans, Ursi et Christian Weber misent tout sur leur propre production, sur les recettes oubliées, les plantes qu’ils cultivent et les animaux de leur exploitation.

Dans les jardins autour de la maison, croissent quelque 150 sortes de plantes soigneusement étiquetées et que pratiquement plus personne ne connaît. Parmi elles, une variété de maïs qui ne croît plus nulle part ailleurs au monde. Et dans les nombreuses petites étables, on trouve des chèvres grisonnes, des moutons à cornes de l’Oberland des Grisons, des porcs laineux, des lapins et des poules. Les Weber n’achètent pratiquement rien. Tout au plus du sel et parfois un peu de lait de vache quand une recette spéciale l’exige. Ils travaillent tous leurs produits eux-mêmes, fabriquent du fromage, de la viande séchée, font des conserves de légumes et sèchent des fruits. «C’est en valorisant sur nos tables les produits de notre jardin que nous faisons les meilleurs affaires», déclare Christian.

Les bénéfices sont cependant modestes. «Nous arrivons à vivre avec ce que nous gagnons et à maintenir plus ou moins en état la maison, construite dans les années 1930 et qui était à l’époque un hospice pour les pèlerins», dit Ursi. Le toit lais­sait passer l’eau, mais les Weber n’étaient pas en mesure d’assumer les coûts de réfection. Ursi déclare: «Sans le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards, il pleuvrait encore à l’intérieur.» Désormais, le «Hospezi» peut à nouveau recevoir des clients qui y dégusteront des plats étonnants à partir d’ingrédients souvent oubliés.

Texte: Max Hugelshofer

Bilder: Yannick Andrea

Paru en juin 2014

Le projet en bref

  • Auberge
  • Réfection du toit
  • Trun/GR