Reconstruire encore

Reconstruire encore

Un incendie a détruit le chalet d’alpage d'Hans Fuhrer et a compromis son avenir.

En fait, Hans Fuhrer ne voulait plus se lancer dans une reconstruction. Il était satisfait avec le chalet d’alpage qu’il avait en bail. Mais c’était sans compter avec un incendie qui a tout détruit.

Aujourd’hui il n’a plu qu’une seule fois sur l’alpage d’Hinter Bonder. De gros nuages sont accrochés aux sommets. Les chaussures de Hans Fuhrer sont pleines de boue et son chapeau en feutre paraît détrempé. On ressent derrière tout cela une certaine résignation. «Tout va sécher quand le soleil reviendra», dit Hans en esquissant un sourire. Le temps qu’il fait lui est égal pour autant qu’il puisse avancer, car l’incertitude lui pèse.

L’automne dernier, peu après la fin de la période d’estivage, des chasseurs ont vu, depuis le versant opposé, de la fumée. Le chalet d’alpage dans lequel Hans Fuhrer avait encore vécu peu de temps avant avec son bétail, était la proie des flammes. Bien que les pompiers soient arrivés rapidement sur cet alpage isolé, ils n’ont rien pu faire. Le chalet et l’étable avaient été anéantis par le feu jusque dans leurs fondations. Hans témoigne: «au début, j’étais content que personne n’ait été touché». Mais la question de savoir comment continuer le préoccupait. Hans connaissait l’alpage Hinter Bonder depuis qu’il était tout jeune. C’est un élément-clé de son exploitation paysanne. Il fallait donc le réhabiliter au plus vite. Hans ne l’avait qu’en bail, mais les propriétaires ne voulaient pas s’embêter à reconstruire le chalet. Pourtant, même sans le reconstruire, ils auraient été dédommagés partiellement par l’assurance. L’alpage leur tenait autant à coeur qu’à Hans lui-même et ils souhaitaient qu’il continue à être exploité. Ils proposèrent donc à Hans de racheter le chalet incendié afin qu’il touche les prestations de l’assurance. La vente s’est effectuée très rapidement, mais bien que c’était une bonne affaire pour Hans, il n’avait pas les fonds nécessaires. Par ailleurs, il s’était juré, lorsqu’il a rénové sa maison d’habitation dans la vallée il y a quelque temps, que ce serait son dernier chantier. Il discuta donc longuement avec Benjamin, son plus jeune fils, et ils se mirent d’accord pour que ce dernier reprenne l’exploitation dans quelques années.

Pour assurer l’avenir de l’exploitation, Hans décida quand même de reconstruire le chalet, donc de refaire des plans, de renégocier avec sa banque et de s’efforcer de rassembler les fonds nécessaires. Il n’y parvint pas seul, mais l’Aide Suisse aux Montagnards lui a accordé son soutien. Depuis, il travaille tous les jours sur le chantier pendant que Benjamin s’active à la ferme. Une partie des fondations du nouveau chalet d’alpage est déjà faite. Actuellement, Hans effectue les travaux de bétonnage. Cette fois, vraiment pour la dernière fois!

Paru en novembre 2016

Le projet en bref

  • Alpagiste
  • Reconstruction d'une cabane alpine après incendie
  • Hinter Bonden/BE