Reconstruite grâce à l’union des forces

Reconstruite grâce à l’union des forces

Un incendie a détruit la grange de la famille Zurbuchen. Dans le cadre d’un programme de volontaires, des artisans retraités ont participé aux travaux de reconstruction.

Après la destruction de leur étable à vaches par un incendie Ernst Zurbuchen et sa famille broyaient du noir. Depuis, la grange a été reconstruite grâce au soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards et à l’infatigable engagement d’un groupe de volontaires.

Quand, depuis sa maison d’Habkern, Ernst Zurbuchen porta son regard là où la veille encore se trouvait sa grange, il n’en vit plus que les fondations carbonisées. Une défaillance technique dans la soufflerie à foin a déclenché un incendie, les flammes ont dévoré l’herbe sèche de manière fulgurante. Heureusement, la famille de paysans a pu faire sortir les vaches et les veaux de l’étable avant la destruction de la grange par le feu. Mais où allait-on désormais abriter le bétail? On était déjà début novembre. Durant l’été les bêtes seraient restées sur l’alpage, mais que faire maintenant? «Nous avons pu les loger provisoirement chez plusieurs paysans du village», raconte Ernst Zurbuchen. «Mais cette situation ne pouvait évidemment pas durer.» Pour assurer l’avenir de l’exploitation, la construction d’une nouvelle grange était indispensable. Les Zurbuchen ont donc pu compter sur le soutien de l’Aide Suisse aux Montagnards quand il devint clair que les moyens financiers ne seraient pas tout à fait suffisants pour réaliser une nouvelle construction, en dépit des prestations de l’assurance incendie.

Un an et demi après l’incendie dévastateur, on travaille assidument dans la grange. Aux côtés d’Ernst Zurbuchen et de son fils, au moins une douzaine d’artisans s’affairent pêle-mêle dans le grenier à foin et dans l’étable. Ils scient, percent, martèlent et ajustent des poutres et des panneaux de bois dans les parois encore ouvertes de la grange. En fait, ces solides gaillards sont déjà retraités. Ces anciens artisans font partie d’un groupe de volontaires venus d’Argovie qui chaque année mettent à disposition leur force de travail pour un projet dans une région de montagne.

Le projet en bref

  • Famille de paysans
  • Reconstruction d’une étable
  • Habkern/BE

«Si je verse de l’argent, je ne sais pas exactement comment il sera utilisé », confie Pius Bichler – un ancien serrurier constructeur. «Mais quand je mets moi-même la main à la pâte, je maîtrise la situation et je vois à quoi sert mon engagement.»

Les seniors argoviens ont été mis en relation avec Ernst Zurbuchen et son projet par «Volontaires-montagne», une organisation qui organise des engagements bénévoles dans les régions de montagne et qui est financée par l’Aide Suisse aux Montagnards. «Je suis très reconnaissant du soutien apporté par les bénévoles. Grâce à eux la construction de la nouvelle grange nous coûte moins cher» explique Zurbuchen. Et que pensent les entrepreneurs de la construction de cette concurrence bénévole? «Les volontaires interviennent uniquement dans la phase finale des aménagement. Ils ne nous privent donc pas de notre travail» déclare le charpentier de l’entreprise de construction en bois du village. Ces jours, il travaille avec les volontaires et il est impressionné: «Les seniors sont tellement appliqués qu’ils n’auront bientôt plus de travail.»

Les Zurbuchen peuvent désormais envisager l’avenir en toute confiance. «Avec la nouvelle grange, notre exploitation repose de nouveau sur des fondations saines et mon fils pourra un jour la reprendre.» Et les vaches peuvent déjà se réjouir d’étrenner leur spacieuse résidence d’hiver.

Texte et photos: Isabel Plana

Paru en mai 2016