Sans Felix, rien ne va

Sans Felix, rien ne va

Dans le canton du Jura, les vastes forêts autour de Saint-Ursanne sont depuis près de 20 ans le lieu de travail de Frédéric Métille.

Il y a un an et demi, il s’est établi à son compte, avec Felix, un auxiliaire dont il ne pourrait plus se passer. Il y abat des arbres, élague les troncs et les prepare pour le transport afin d’en faire ensuite du bois déchiqueté.

Felix a vraiment de quoi impressionner. Couleur turquoise, huit mètres de long, dix tonnes, d’énormes roues munies de chaînes. Felix est un engin forestier spécial, qui facilite énormément le travail de Frédéric Métille.

Il a encore neigé pendant la nuit. Bien que Saint-Ursanne ne se situe qu’à 500 mètres d’altitude, il n’est pas rare d’avoir des températures très basses et des offensives tardives de l’hiver sur les collines alentour. Le sol est détrempé et les versants pentus sont boueux et glissants. Malgré cela, Frédéric doit transporter les arbres qu’il a abattus le jour précédent en les charriant en bas de la pente jusque sur le chemin forestier, où il les trie ensuite selon leur qualité et leur taille pour les préparer pour le transport. Un jeu d’enfant pour Felix. Lentement mais imperturbable, le lourd engin gravit la pente. Quand il s’arrête, Frédéric descend, attrape le câble de l’un des deux treuils et cherche un arbre bien vigoureux en amont. Il y accroche le câble et Felix poursuit sa montée. Arrivé en haut, le bras de l’engin saisit le tronc de 25 mètres de long déjà élagué et le tire derechef en bas de la pente. Mais Felix peut aussi charger de plus petits troncs ou des branches. Et ses treuils sont d’un grand secours lorsqu’il s’agit de tirer l’arbre à abattre dans la bonne direction. Frédéric ne pourrait donc concevoir son travail sans Felix.

Mais il en a été longtemps autrement, quand Frédéric devait se passer d’un tel engin. Notre homme de 36 ans s’adonne corps et âme à son métier. Il travaille dans les vastes forêts autour de son village natal de Saint-Ursanne depuis son apprentissage. Il y a un an et demi, il s’est mis à son compte. Son entreprise effectue des travaux forestiers principalement pour la commune du Clos du Doubs qui fait partie de Saint-Ursanne, mais également pour des particuliers. Toutefois, on ne deviant pas riche avec un tel métier. Les économies de ce père de famille ne suffisaient pas pour acquérir un engin tel que Felix qui, neuf, coûte au bas mot un demi-million de francs. Lorsqu’il reçut une offre pour un véhicule d’occasion qui avait dix ans, il réunit toutes ses économies et contracta un emprunt à la banque. Mais cela ne suffisait toujours pas. Ce n’est qu’après que l’Aide Suisse aux Montagnards lui eut promis son soutien qu’il a pu signer le contrat de vente. Une décision que Frédéric n’a pas regrettée une seconde. «Felix ne m’a jamais laissé tomber», témoigne-t-il.

Paru en juin 2015

Le projet en bref

  • Exploitation forestière
  • Achat d'un véhicule forestier
  • Saint-Ursanne/JU