Une triple surprise

Erika et Thomas Zürcher ont été très heureux d’apprendre qu’ils allaient avoir un troisième enfant. La première échographie leur réserva cependant une énorme surprise: c’était des triplés.

Avant de venir au monde, Carol, Sandro et Patrick causèrent beaucoup d’émoi à leurs parents, qui durent envisager sans délai d’agrandir leur appartement. Erika Zürcher se remémore une période faite de joies, d’inquiétude, de sollicitude et de manque de sommeil.

«Cela a été un véritable choc pour nous d’apprendre que notre fils Lukas (5 ans) et son frère Lorin ­ (3 ans) n’allaient pas seulement avoir un petit frère ou une petite sœur, mais trois à la fois. Immédiatement des questions nous ont assailli l’esprit: est-ce que les bébés seront tous en bonne santé? Comment assumer tout ça? Où allons-nous les loger tous? Comme on ne pouvait rien changer aux deux premières, on est alors rapidement passé à la troisième, qui nous posait un problème très concret.

Nous vivons dans une ferme à l’écart, dans la commune d’Eggiwil dans l’Emmental. Il y a sept ans, nous avons repris l’exploitation laitière des parents de Thomas. Ils ont continué à nous donner un sérieux coup de main à la ferme et y ont de ce fait conservé leur logement. Nous habitons un appartement de trois pièces et demi à l’étage supérieur de la ferme. Et avec un troisième enfant, nous aurions déjà manqué de place, mais avec cinq, il n’y avait pas d’autre alternative que de construire. Par chance, notre appartement jouxte l’ancien grenier à blé. Il nous a donc été, sans autre, possible de construire trois chambres et de les relier à l’appartement. Nous avons perdu un peu de place pour le foin, mais sinon la solution est idéale. Le financement a été beaucoup plus problématique, car nous n’avions jamais envisagé de devoir faire un jour de telles dépenses. Même en investissant toutes nos économies, cela ne suffisait pas. Nous étions cependant obligés d’agrandir notre espace de vie et il nous fallait agir rapidement afin que les chambres soient terminées quand les enfants viendraient au monde. C’était une situation difficile, car au début de ma grossesse, nous ne savions pas exactement si tout allait bien se passer et si les trois petits allaient vivre et seraient en bonne santé. Les risques d’une grossesse avec des triplés sont élevés et on ne peut les ignorer.

Le projet en bref

  • Famille de paysans
  • Agrandissement de l’appartement
  • Eggiwil/BE

​De belles preuves de sollicitude

Dans cette époque d’incertitude, nous craignions aussi de devoir nous endetter trop fortement. C’était très lourd à porter. Nous avons donc été soulagés et reconnaissants de recevoir la réponse positive de l’Aide Suisse aux Montagnards.

Tout le monde a d’ailleurs fait preuve de sollicitude. Nous avons reçu des caisses pleines de vêtements de bébé ainsi que des petits lits et des jouets. Je n’ose pas penser à ce que tout cela nous aurait coûté! Le soutien inconditionnel de la famille et des amis nous a aussi été précieux. Nous avons dû engager par ailleurs une aide. Nous n’aurions pas pu assumer seuls les mois qui ont suivi la naissance de Carol, Sandro et Patrick. La nuit, nous avons organisé des teams de deux personnes afin que Thomas et moi puissions dormir au moins quelques heures de temps en temps. Avant, nous ne pouvions nous imaginer ce que cela représentait d’avoir des triplés en plus de nos deux autres garçons de trois et cinq ans. C’est parfois terriblement difficile mais aussi magnifique. Et je suis persuadée que le destin ne nous impose que ce que nous sommes à même de maîtriser.

Entre-Temps, nous nous sommes habitués à cette vie à sept. La journée, je suis occupée pleinement avec les enfants. Les travaux que j’effectuais avant à la ferme incombent donc à Thomas et à ses parents. Mais pour le reste, tout se passe étonnamment bien. Même les deux aînés se comportent à merveille. Lorin était au début un peu jaloux des triplés qui lui faisaient concurrence, alors que Lukas a été dès le départ enchanté de ses frères et de sa sœur. Il aurait cependant préféré que ce soit tous des garçons. Carol ne devrait, selon lui, pas avoir le droit d’aller à l’étable quand elle sera plus grande. Peut-être changera-t-il d’avis avec les années. Quant à moi, je trouve super de n’être plus la seule femme à la maison.

Texte: Max Hugelshofer

Photos: Yannick Andrea

Paru en juin 2013