«J’ai toujours aimé ce qui touche au bois»

Nicola Truaisch n’est pas du genre à rester les bras croisés. En quelques années, il a transformé la scierie de son père en une entreprise employant 17 personnes qui produit des éléments de construction qu’elle installe dans tout le Tessin.

«En général, je réfléchis avec un temps d’avance. Lorsque j’ai quitté l’Oberland bernois pour le Val Blenio il y a dix ans, afin de rejoindre la scierie de mon père, je me voyais déjà y construire les premiers éléments pour des habitations. Et quand nous avons enfin commencé à le faire, j’avais déjà en tête le nouvel atelier de production dans le bâtiment adjacent. Puis ma propre maison en bois, puis le dixième collaborateur, puis la nouvelle halle de production. Et ainsi de suite. Mais à présent, il est temps de faire une pause. Laisser les choses se mettre en place, passer du temps en famille, laisser mes collaborateurs se reposer.

Le projet en bref

  • Entreprise de construction en bois
  • Nouvelle halle de production
  • Dongio/TI

Je sais que l’évolution positive de mon entreprise ces dernières années ne va pas de soi. Celle-ci a été fondée il y a 34 ans par mon père Valerio Truaisch et son collègue Marco Derighetti. D’où le nom «Truaisch & Derighetti Sagl». Durant toute leur carrière, ils ont fait plus ou moins la même chose: installer des cuisines, des fenêtres, des portes, les tâches habituelles d’une scierie.

Enfant, j’ai passé beaucoup de temps dans l’atelier. J’ai toujours aimé ce qui touche au bois. Mais je ne suis pas du genre à me passionner pour les détails. C’est pourquoi je suis devenu charpentier. Après ma formation, j’ai tergiversé. J’ai atterri dans une menuiserie de l’Oberland bernois spécialisée dans les éléments de construction en bois. J’ai su tout de suite que c’était ce qu’il nous fallait au Tessin.

Quand mon père, qui prenait de l’âge, a commencé à chercher un successeur et que son collègue a lui aussi souhaité se retirer, ils m’ont sollicité. J’ai accepté, entre autres, car j’avais rencontré mon épouse Dayana au Val di Blenio, et que je voulais revenir m’y installer. Cependant, j’ai dit clairement à mon père que l’entreprise allait changer à mon arrivée. Il était d’accord, mais avec mon rythme, je l’ai sans doute poussé à bout par moments. Pour moi, les choses n’allaient jamais assez vite. Les premiers mois, après avoir eu l’impression de ne faire qu’installer des cuisines, je m’ennuyais à mourir.

L’un des principaux employeurs

L’entreprise s’est développée rapidement, mais sans brûler les étapes. La plupart des gens de la vallée ne l’ont même pas remarqué. C’est seulement quand nous avons dévoilé notre projet de nouvelle halle de production d’une surface de 35 × 17 m dans la zone industrielle de Dongio qu’ils ont réalisé que nous étions devenus l’une des plus grandes entreprises de la vallée. Et d’ailleurs aussi l’un des principaux employeurs. La nouvelle halle va grandement nous faciliter le travail. Jusqu’à présent, tout manquait. Un espace de stockage, des bureaux exploitables, mais surtout de la place, tout simplement, pour travailler simultanément sur plusieurs éléments. La nouvelle grue sera aussi utile. Aujourd’hui, nous devons toujours entrer dans l’atelier de production avec une grue mobile pour installer ou déplacer un élément. Du point de vue des processus, c’est un cauchemar.

Moi-même, je ne travaille plus qu’au bureau. Mais j’espère pouvoir à nouveau participer davantage à la production lorsque la nouvelle construction sera terminée et que nous aurons déménagé. Mon épouse se moque de moi quand j’en parle. ’D’ici là, tu seras en train de préparer la prochaine étape’, me dit-elle. Elle n’a sans doute pas tort.»

truaisch-derighetti.ch

Texte : Max Hugelshofer

Images : Yannick Andrea

Paru en novembre 2023

Notre soutien

L’entreprise de construction en bois «Truaisch & Derighetti Sagl» a enregistré une forte croissance. Mais ses fonds n’ont pas suffi pour la dernière étape de développement. L’Aide suisse à la montagne a soutenu la construction de la nouvelle halle de production.