Des couronnes de l’Avent réalisées dans une ancienne porcherie

Des couronnes de l’Avent réalisées dans une ancienne porcherie

Création de couronnes de l'Avent. Dans le cadre de ses cours d’art floral, la paysanne Sonja Fuchs vous montrera comment faire.

Pendant la période de l’Avent, la ferme de la famille Fuchs se convertit en un grand atelier de décoration. Les personnes intéressées affluent de toute la Suisse orientale pour créer, sous la conduite de la paysanne Sonja Fuchs, leur couronne personnelle de l’Avent.

C’est bien, mais tu peux encore améliorer!» «Fais attention de ne pas trop serrer les fils métalliques, sinon ta couronne va manquer d’air!» Waouh, voyons ce que la décoration donnera!» Depuis début novembre, Sonja Fuchs tourne en rond. Comme pratiquement chaque soir, elle passe d’une participante à l’autre dans son cours d’art floral «Rêve de l’Avent», en jetant un coup d’oeil averti et en prodiguant ses conseils ou ses encouragements. Elle aime rire avec ses clientes, leur donne des idées et essaie d’éviter les petites catastrophes. Il est 21 heures ce soir de décembre enneigé, et dehors le pays d’Appenzell s’est converti en un monde magique. La salle de travail, aménagée avec amour dans une ancienne porcherie, respire la cordialité et la chaleur. Sonja déborde d’énergie mais elle est un peu sur les dents! «Hier quand j’ai pris congé de mes clientes, je me suis presque endormie. Heureusement que je ne devais pas conduire», ditelle en riant.

L’Avent, une période astreignante

Depuis un mois, Sonja qui travaille sans relâche ne trouve pratiquement pas le temps de dormir. Le matin tôt, alors que son mari est déjà parti pour se rendre sur son chantier, elle s’occupe des vaches à l’étable. L’exploitation est si modeste que Hans est obligé de travailler aussi à l’extérieur. La journée, Sonja s’occupe du ménage, prépare les repas, s’assure que ses enfants partent à temps à l’école, vérifie qu’ils ont fait leurs devoirs, fait la lessive, nettoie et range la maison. Entre deux, elle passe souvent une heure à son dada en travaillant à la réalisation des commandes. Aujourd’hui, c’était une couronne pour l’église, une décoration florale pour un restaurant et une couronne de Noël pour une cliente. En fin d’après-midi, quand Hans est de retour de son chantier et reprend le travail à l’étable, elle prépare la soirée. Il lui faut alors tout ranger, réunir le matériel pour les décorations et préparer l’apéritif pour les participantes au cours. Après une petite sieste, c’est alors la deuxième partie de la journée qui commence pour Sonja. Elle se prolongera jusqu’à minuit.

Le mois de novembre est une période chargée pour toutes les fleuristes. Or, lorsque l’on est indépendant, qu’on exploite une ferme et qu’on a trois enfants, on arrive parfois à ses limites, en particulier si les affaires marchent bien. Cette année, elles sont florissantes pour Sonja qui contribue donc, grâce à ses cours d’art floral, à améliorer les revenus indispensables à sa famille. Elle propose ce genre de cours depuis qu’elle est venue vivre avec Hans à la ferme, à Schlatt-Haslen en dehors du village d’Appenzell. Avant, elle les donnait à l’extérieur, dans des maisons de commune ou paroissiales ou des centres communautaires. «Les trajets me prenaient beaucoup de temps et le matériel que je pouvais emmener était limité», explique-t-elle. C’est pourquoi très vite elle a nourri le rêve d’avoir sa propre salle de cours et de travailler à la maison. Un rêve qui mis longtemps à se réaliser! Il y avait suffisamment de place dans l’ancienne porcherie mais les transformations s’avéraient trop onéreuses pour cette jeune famille de paysans. De longues années durant, Sonja se consolait en assumant les longs trajets et en refusant, par manque de capacité, des personnes intéressées. Finalement, elle a pris son courage à deux mains pour demander de l’aide à l’Aide Suisse aux Montagnards. Peter Pauli, l’expert bénévole qui s’est rendu sur place, a immédiatement décelé un potentiel: «Cette passion de l’art floral représentait une possibilité pour Sonja Fuchs de contribuer fortement au revenu de sa famille sans qu’elle doive pour autant délaisser la ferme et ses enfants.» Il recommanda donc l’acceptation du projetet Sonja obtint très vite une réponse positive qui lui enleva un gros poids du coeur. «Sans l’Aide Suisse aux Montagnard, cela aurait été mission impossible.»

Chaque couronne est unique

Les clientes sont en train d’arriver. Sonja en connaît la plupart depuis ses cours précédents, mais il y a aussi de nouveaux visages. La place devant la ferme se transforme rapidement en une place de parc avec des voitures de provenances les plus diverses. Elles ne portent pas seulement des plaques des deux Rhodes d’Appenzel l, mais également de Saint-Gall, Thurgovie, Zurich, Schwyz et même d’Argovie. La nouvelle que les cours de Sonja permettent à toutes celles qui y participent de ramener de belles couronnes à la maison s’est vite répandue. Et ce soir, quand les participantes repartent dans la froidure de la nuit, chacune d’elle a sous le bras une couronne de l’Avent de sa création.

www.gada-floristik-kurse.ch

Paru en novembre 2018

Le projet en bref

  • La paysanne
  • Transformation de l'écurie en salle de cours
  • /