La laine est à l'honneur dans une boutique spécialisée

La laine est à l'honneur dans une boutique spécialisée

La nouvelle boutique d'Ardez vend désormais de nombreux produits en laine.

C’est dans la «Butia da besch» à Ardez, une boutique spécialisée dans la laine, que ces produits artisanaux filés, tissés, tricotés et cousus par huit femmes de la région – lesquelles tiennent aussi la boutique – sont vendus. Les touristes et les clients peuvent y voir ces femmes pleines d’entrain à l’œuvre. «La ‹Butia da besch› amène de l’animation au village», commente son instigatrice, Claudia Janett, ravie.

En Basse Engadine, et plus particulièrement dans le village d’Ardez, l’élevage de moutons est une tradition de longue date. «Il y a ici davantage de moutons que d’êtres humains», commente Claudia qui est institutrice et agricultrice. On compte en effet plus de 600 moutons pour 400 habitants. Son mari et elle possèdent, quant à eux, une trentaine de moutons engadinois. La viande d’agneau se vend bien, mais il en est tout autrement de la laine, tondue deux fois par an. «Elle rapporte si peu, qu’il ne vaut souvent pas la peine de la vendre», déclare Janett, qui ajoute: «c’est regrettable, car la laine est une matière première noble.» Très motivée, elle lança donc l’idée de traiter cette laine sur place afin de permettre aux paysannes d’acquérir des revenus complémentaires. A Ardez, ainsi que dans d’autres villages de l’Engadine, huit femmes se sont laissées convaincre. Elles confectionnent avec beaucoup d’habileté et d’enthousiasme divers articles en laine de mouton. Après la tonte, la laine est tout d’abord lavée dans une filature à Pragg-Jenaz, puis cardée. Les paysannes la filent ensuite, puis tissent ou confectionnent des couvertures, des accessoires, des vêtements ou des tapis.

Toutes ces créations sont vendues à la «Butia da besch», une boutique spécialisée dans la laine de mouton, que Claudia Janett et ses camarades ont aménagée dans un local désaffecté au centre d’Ardez, et auquel elles ont redonné un nouveau souffle. L’Aide Suisse aux Montagnards leur a donné un coup de pouce décisif pour ouvrir ce magasin. Ce dernier leur sert à la fois d’atelier et de lieu de démonstration, ce qui rend une visite encore plus intéressante, aussi bien pour les touristes que pour les indigènes, car on peut y voir les femmes au travail. «Notre boutique a bien démarré», déclare Janett avec satisfaction. «La ‹Butia da besch› amène de l’animation au village et la collaboration intergénérationnelle des femmes, qui ont entre 12 et 84 ans, est elle aussi gratifiante et motivante», précise-t-elle.

butiadabesch.ch

Photos: Yannick Andrea

Paru en avril 2010

Le projet en bref

  • Boutique
  • Aménagement du locale
  • Ardez/GR